Soirée heureuse pour Bordeaux, Brest et Nantes

Reuters

Les Bordelais ont dépassé le mal-classé Dijon (2-0), Brest a dominé Reims (1-0) en toute fin de rencontre tandis que Nantes en a fait de même contre une équipe d'Amiens rapidement réduite à dix (2-1).

Les téléspectateurs qui se sont régalés devant l'épatant Liverpool-Arsenal dans l'après-midi ont dû étouffer quelques bâillements devant le multiplex du samedi soir, plutôt avare en émotions offertes.

Heureusement, Angers était là pour l'animation.
En mode rédemption, après la claque reçue sur le terrain de Lyon (6-0) la journée précédente, le SCO a régalé le public du stade Raymond-Kopa en mettant un terme à la belle série du promu Metz, invaincu jusqu'alors.

Quatre minutes seulement ont suffi à l'attaquant algérien Farid El Melali pour ouvrir le compteur angevin, de la tête. Le joueur de 22 ans pouvait avoir le sourire: auteur de 18 apparitions la saison dernière, toutes dans la peau d'un remplaçant, il honorait sa première titularisation dans le championnat de France.

Le SCO s'est ensuite mis à l'abri sur une frappe sèche et lointaine de Baptiste Santamaria (43e) avant de corser l'addition avec Rachid Alioui (68e). La machine à buts a bien fonctionné, mais aussi la défense qui est parvenue à contenir la menace incarnée par Habib Diallo, co-leader du classement des meilleurs buteurs de L1 (3 buts).
                  
- Recrues bordelaises efficaces -                  
                  
Si Angers respire mieux, c'est aussi le cas de Bordeaux, peu en verve jusqu'alors malgré le recrutement de l'international français Laurent Koscielny à l'intersaison.

L'ex-Gunner d'Arsenal n'a pas marqué, laissant ce soin à deux autres nouveaux venus en Gironde: l'attaquant sud-coréen Hwang Ui-jo (11e) et le défenseur suisse Loris Benito (47e) ont profité des largesses défensives de Dijon pour marquer leur premier but dans l'Hexagone.

Avec ce premier succès de la saison, obtenu avec la manière mais sans grande opposition, les Bordelais donnent un peu d'air à leur entraîneur Paulo Sousa, en échec depuis son arrivée en mars dernier.

En revanche, Dijon est déjà dans le rouge, comme en fin de saison dernière, après cette troisième défaite de rang.

Au stade de la Licorne, il y a eu plus de suspense entre une courageuse équipe d'Amiens, privée de Saman Ghoddos (ischio-jambiers) au coup d'envoi puis de Bakaye Dibassy pour une vilaine semelle à la demi-heure de jeu, et des Nantais venus pour s'imposer.

Le grand Kalifa Coulibaly (1,97 m) est venu couper un corner de la tête pour les Canaris en seconde période (53e), avant l'égalisation des locaux par Bongani Zungu (72e), buteur 7 minutes et 14 secondes après son entrée en jeu. Une inspiration de Moses Simon (85e), bien servi par le capitaine nantais Valentin Rongier, a cependant été fatale aux Picards.

A Brest, l'arme fatale s'appelle Gaëtan Charbonnier. L'attaquant a fait craquer dans les dernières minutes (87e) une défense de Reims imprenable jusqu'à présent en Ligue 1.

"Il ne faut pas s'enflammer", a tempéré le buteur au micro de BeIn, après la première victoire des Bretons. Mais l'équipe a montré "beaucoup d'envie et de la qualité technique", a-t-il apprécié.