Euro 2016 - Allemagne: 20 ans d'attente, pour rien

Reuters

Euro 1996: Le dernier sacre                 

Une sélection dans la force de l'âge, où le physique et le combat sont encore les deux valeurs cardinales, remporte l'Euro en Angleterre. Impressionnante en poule, l'Allemagne se venge de la finale de la Coupe du Monde 1966 en battant les hôtes en demi-finale dans leur Stade de Wembley aux tirs au but (6-5; 1-1 a.p.). En finale, ils inscrivent le premier but en or en finale d'une compétition majeure par Oliver Bierhoff, face aux surprenants Tchèques (2-1, a.p.).                 

Euro 2000: Un réveil brutal                 

En Belgique et aux Pays-Bas, l'Allemagne touche le fond sportivement, avec une élimination au premier tour. Un point pris contre la Roumanie (1-1) et deux défaites contre l'Angleterre (0-1) et le Portugal (0-3): cette déconvenue déclenche une prise de conscience qui couvait depuis le quart de finale perdu contre la Croatie au Mondial 1998 (0-3) sur l'inadéquation du jeu allemand au football moderne. La fédération lance un projet de développement d'une formation à l'allemande davantage basée sur la technique, qui portera lentement ses fruits.                 

Euro 2004: Et re-patatras!                 

A la surprise générale, l'Allemagne a atteint la finale du Mondial-2002 au Japon et en Corée du sud, avec un jeu à l'ancienne en 3-5-2. Mais en 2004, retour à la case départ. Incapable de battre les Pays-Bas (1-1) ou la Lettonie (0-0), battue par les Tchèques (1-2), l'Allemagne est encore éliminée au premier tour. A deux ans d'un Mondial organisé à la maison, c'est une véritable humiliation. Déboussolée, l'Allemagne propose le poste de sélectionneur à Otto Rehhagel, champion avec la Grèce et ses idées ultradéfensives. Fort heureusement pour elle, il refuse et la DFB se tourne vers un duo iconoclaste auquel pas grand-monde ne croit: Jürgen Klinsmann et son adjoint, un certain Joachim Löw.                 

Euro 2008: Maldita España!                 

L'Allemagne est arrivée en demi-finale de "son" Mondial, Klinsmann a laissé le guidon à son adjoint. En Suisse et en Autriche, une génération de jeunes joueurs - Schweinsteiger, Podolski, Lahm, Gomez - se fait une place parmi les cadres encore un peu "vieille école" que sont Michael Ballack ou Jens Lehmann. Les victoires contre le Portugal et la Turquie sur le même score de 3-2 donnent un aperçu du potentiel offensif séduisant de la "nouvelle Allemagne". Mais avec capitaine Ballack sur une jambe et un grand sentiment d'impuissance, l'Allemagne tombe en finale contre une Espagne (0-1) qui entame un règne de quatre ans.                 

Euro 2012: Une occasion ratée                 

En Pologne et en Ukraine, l'Allemagne est l'une des favorites après avoir figuré sans discontinuer dans le dernier carré depuis 2006 et malgré un nouvel échec en 2010 face à l'Espagne au stade des demi-finales. Cette fois, c'est sûr, avec Mesut Özil, Thomas Müller, l'inusable Miroslav Klose en pointe, malgré son dos en compote, Marco Reus etc... l'Allemagne n'a jamais été aussi forte et l'Espagne, sacrée en Afrique du sud en 2010, en battant à nouveau l'Allemagne (1-0) en demi-finale, peut trembler! Mais de belle entre les deux pays il n'y aura pas. Une poule de la mort (Portugal, Pays-Bas, Danemark) franchie sans trembler, une Grèce écartée sans ménagement (4-2) amène l'Allemagne dans les griffes d'une Italie qu'elle n'a pas battue et qu'elle ne battra pas encore lors de cette demi-finale (1-2). Il lui faudra patienter encore quatre ans pour cela.                 

Euro 2016: le cauchemar de "Schweini" en demie                 

L'Allemagne arrive en France tout auréolée de son titre de championne du monde, qu'elle a eu un peu de mal à digérer. Les blessures ne l'ont pas épargnée, avec Ilkay Gündogan, Marco Reus ou Toni Rüdiger avant le tournoi, Mario Gomez et Sami Khedira pendant. Les hommes de Löw passent leur poule sans impressionner vraiment, avant d'accélérer contre la Slovaquie (3-0) en huitième et surtout de battre leur bête noire italienne au terme d'une séance de tirs au but qui restera dans les mémoires (1-1 a.p., 6-5, aux tirs au but, avec 18 tentatives au total) en quart. En demi-finale, c'est la France. Et Swcheinsteiger provoque un penalty alors que les Allemands dominent. Griezmann le réussit et signe ensuite un doublé. Joachim Löw s'est trompé tactiquement. Encore raté!