Le champion du monde Blaise Matuidi, fêté en héros à Fontenay-sous-Bois

AFP

Cris de joie, autographes et pluie de selfies: le milieu de l'équipe de France Blaise Matuidi, auréolé de son titre de champion du monde, a été fêté en héros mercredi lors d'un passage dans sa ville de Fontenay-sous-Bois.

"Je suis champion du monde, mais vous êtes champions du monde. C'est la victoire de tout Fontenay", a lancé le milieu de terrain devant plus d'un millier de personnes venues célébrer son titre.
"C'est ici que j'ai grandi, c'est ici que j'ai cru en mes rêves. (...) Croyez en vos rêves, tout est possible", a ajouté le joueur, qui a chaussé ses premiers crampons à 6 ans sur le terrain de l'US Fontenay, le club de cette ville du Val-de-Marne.

"Matuidi! Matuidi!": rassemblée sur le terrain synthétique du stade Le Tiec, la foule a acclamé son champion dans une joyeuse cohue. Ballons, photos, maillots de l'Équipe de France ou de la Juventus de Turin - club où évolue l'international - de nombreux adolescents étaient venus avec des accessoires à faire dédicacer.

Crête dorée et médaille autour du cou, le footballeur s'est gracieusement plié à l'exercice pendant plus d'une heure. "Mon fils, il veut son autographe sur sa chaussure", l'a interpellé une mère impatiente. 

"Je vais le faire, sans problème. J'essaierai de faire le maximum pour vous, Fontenay", a répondu le champion, "très ému d'être là". Avant de dévoiler sur scène une surprise: la réplique plaquée or de la Coupe du monde qui lui a été remise par la Fifa - l'originale n'était restée que quinze minutes entre les mains des Bleus le soir du 15 juillet, conformément au protocole. 

                  
"Lien indéfectible"

              
                  
"Il m'a juste fait un +check+, mais je suis déjà très contente", a balbutié Claire Becque, 21 ans. Pour cette "passionnée de foot" venue de la ville voisine de Vincennes, "ça fait du bien de le voir en vrai, c'est un moyen de vraiment toucher la victoire".

Sur la scène montée pour l'occasion, le maire de Fontenay, Jean-Philippe Gautrais, a salué "le lien indéfectible" entre la ville et celui qu'on surnomme encore "Blaisou". 

Le joueur a grandi dans le quartier de la Redoute et ne pouvait réprimer de "chaudes larmes" lorsqu'il perdait un match, a raconté l'édile. "Que de chemin parcouru", s'est-il exclamé en lui remettant la médaille de la ville. "Nous sommes extrêmement fiers de toi. Tu as porté haut les couleurs de Fontenay."

"Ca me fait vraiment plaisir de vous voir tous là. Pour moi, c'est une grande fierté", a répliqué le champion du monde, en dévoilant d'autres cadeaux: une trentaine de maillots, siglés des deux étoiles et de son numéro 14, qu'il a offerts au maire et à quelques jeunes. Le joueur a également accepté le rôle "d'ambassadeur" de son club d'enfance.   

Derrière les barrières, Sabina Khelifi était venue avec son petit-fils Enzo, 9 ans et maillot bleu-blanc-rouge sur le dos. "C'est très bien de sa part de revenir comme ça", a estimé la grand-mère. "Il y a beaucoup de gamins qui jouent ici et qui le voient comme un exemple".

"Ca me fait trop plaisir de le voir", a témoigné Enzo Balenga, 15 ans, qui espère devenir "footballeur professionnel". Comme Blaise Matuidi, il a démarré à l'US Fontenay et joue désormais pour l'US Torcy. "C'était déjà un grand joueur, mais maintenant qu'il a réussi à être champion du monde, nous aussi on peut y croire".