ICON SPORT

Top 14 : Altrad persiste sur le racisme à la LNR

Alors que Montpellier dispute son barrage face au Racing, samedi, Mohed Altrad a maintenu ses accusations de racisme à l'égard de certains membres de la LNR. Malgré le démenti de Paul Goze.

A la réponse de Paul Goze, mis en cause par le président montpelliérain dans les colonnes du Figaro pour le silence complice dont il ferait preuve à l'égard de certains présidents de clubs, qui se permettent de stigmatiser les origines syriennes du patron du MHR en l'affublant du surnom "Le Bédouin", Mohed Altrad réagit une nouvelle fois et maintient ses accusations dans un communiqué.

 

 

"On se salit dès qu’on y touche."

Mohed Altrad (président de Montpellier)

Altrad maintient ses accusations

"Je me félicite de sa déclaration (soulignant la vigilance de la LNR à l'égard du racisme). Je suis en revanche quelque peu gêné par la manière dont, à nouveau, il tente de justifier l’usage du mot bédouin que je dénonçais. Contrairement à ce qu’il laisse entendre, il n’y a, en ces questions, jamais de légèreté ni de plaisanterie. On se salit dès qu’on y touche", écrit-il, avant de poursuivre en pointant ce "racisme ordinaire, rampant ; un racisme que l’on peut exprimer sans se sentir gêné : dans la rue, en réunion, dans les travées d’un stade. Enfin, aussi, dans ou en marge des réunions de la LNR. Sans doute le stigmatise-t-on, parfois, mais en le rapportant à des minorités. Plus généralement on refuse de le reconnaître en se retranchant derrière l’interprétation, le folklore, la passion, que sais-je encore."

Et Altrad de dénoncer "un fléau qui ronge la société et face auquel on ne doit jamais cesser pour reprendre son terme, « vigilant », extrêmement « vigilant »".