Federer et Nadal, les vieux vous saluent bien

C'est désormais officiel: les anciens sont de retour ! Roger Federer et Rafael Nadal trustent quasiment tous les gros tournois depuis le début de la saison, à commencer par ceux du Grand Chelem.

Andy Murray s’est fait une raison. Eliminé en quarts de finale de son tournoi de Wimbledon, après avoir peiné durant les six premiers mois de l’année, l’Ecossais ne se fait plus d’illusion. S’il est encore ce lundi numéro un mondial, ce statut ne tient plus qu’à fil. «Je n'ai pas assez bien joué cette année pour mériter de rester à cette place plus longtemps», avait-il d’ailleurs expliqué après sa défaite face à Sam Querrey, s’attendant à devoir abandonner son trône d’ici la fin de l’été. A juste titre...

Et pas seulement parce que l'Ecossais (7750 pts) ne possède plus que 285 points sur Rafael Nadal (7465 pts). L'élève d'Ivan Lendl va surtout devoir défendre pas moins de 5460 points d'ici la fin de l'année. Là où l'Espagnol n'aura que 370 points à défendre. Andy Murray pourrait beau enchaîner les titres d'ici la fin de la saison, cela pourrait ne pas suffire. Et ce dès le prochain Masters 1000 de Toronto, l'Ecossais ayant toutefois fait l'impasse sur Montréal la saison passée...

Avantage Federer ?

Surtout, Rafael Nadal n'est pas la seule menace pour Andy Murray. Malgré son impasse sur la saison sur terre battue, Roger Federer (6545 pts), grâce à son exceptionnelle victoire à Wimbledon, ne pointe plus qu'à 1205 points de l'Ecossais. Et ce sans avoir le moindre point à défendre d'ici la fin de l'année, le Suisse s'étant retiré du circuit durant six mois la saison passée.

De quoi augurer d'un duel au sommet entre les deux plus grandes légendes du tennis. Et difficile, au sortir de sa victoire à Wimbledon, de ne pas faire de Roger Federer le favori dans cette lutte pour la première place. Car si la présence du Suisse à Montréal  est encore incertaine et si Rafael Nadal pourra dans tous les cas tenir la distance, cet été, sur le ciment américain, l'Espagnol n'ayant en effet été battu que par Roger Federer à l'Open d'Australie, à Indian Wells ou Key Biscayne, il aura sûrement plus de mal lors de la saison en salle, le natif de Majorque ne s'étant par exemple jamais imposé à Bercy ou au Masters. Un avantage indéniable pour l'homme aux 19 tournois du Grand Chelem...


Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité

beinsports.com est financé par la publicité, ce qui nous permet de vous proposer nos contenus gratuitement