Montpellier : Lyneel met un terme à sa carrière en salle

Panoramic

Clap de fin pour Julien Lyneel. Vingt-quatre heures après avoir été sacré champion de France pour la première fois de sa carrière, mercredi soir avec Montpellier aux dépens de Tours, le réceptionneur-attaquant du club héraultais, fraîchement auréolé de ce premier sacre, a annoncé qu'il ne rejouerait plus en salle. A 32 ans, l'international français (220 sélections depuis sa première cape, en 2011) a décidé de tourner la page. "Après la célébration, c’est le moment pour moi de vous partager quelque chose, une décision qui n’a pas été simple à prendre. Hier (jeudi), je jouais mon dernier match de volley en salle", a annoncé sur son compte Instagram celui qui pouvait difficilement mieux boucler la boucle avec ce premier titre obtenu sous les couleurs de Montpellier, soit précisément là où tout avait débuté en 2009 pour le célèbre numéro 8, qui réalisait encore à peine vendredi au moment d'annoncer ses adieux. "On en a rêvé, je l’ai rêvé ! On l’a fait ! Champion de France sous les couleurs de mon club de cœur !"

Reconversion dans le beach pour Lyneel ?
















Voir cette publication sur Instagram
























Une publication partagée par Julien Lyneel (@jugado8)






Et l'unique club français pour Lyneel, qui avait entamé en 2015 son tour d'Europe, avec d'abord une pige en Pologne à Rzeszow puis une autre au club italien de Ravenne. Le Montpelliérain privé des Jeux de Tokyo sur blessure mais monté sur le toit de l'Europe avec les Bleus en 2015 avait ensuite mis le cap sur la Chine et Shanghai, où il avait été sacré champion en 2018, avant de repasser par la case Pologne (Jastrzebski Wegiel) puis Italie (Vibo Valentia) et de revenir à la case départ, chez lui à Montpellier. La page salle tournée, Lyneel pourrait maintenant se tester sur le sable. C'est en tout cas ce que pourraient laisser penser les derniers mots de sa publication sur Instagram. "Ne dit-on pas justement que le meilleur reste à venir ? Stay tuned…" Affaire à suivre donc...

>