Ligue des Champions (Finales) : Les titres pour Kedzierzyn-Kozle et le VakifBank Istanbul

Panoramic
Le VakifBank Istanbul avait un compte à régler. Dominé par Conegliano lors de la finale de la Ligue des Champions la saison passée, le club turc a fait le déplacement à Ljubljana, qui accueille la conclusion de la compétition, avec l’envie de répliquer. Si les Italiennes ont fait la course en tête pendant la majeure partie du premier set, les coéquipières de Gabriela Braga Guimaraes (23 points) ont placé un coup d’accélérateur en toute fin de manche, remportant cinq des six derniers échanges pour virer en tête. Le deuxième set n’a pas connu le même scenario avec le club stambouliote qui a mené au score de bout en bout mais sans jamais être totalement à l’abri, l’écart ne dépassant pas les six points. A la troisième balle de set, les protégées de Giovanni Guidetti ont fait le break. Dos au mur, Conegliano s’est lancé dans un bras de fer mais a senti l’odeur de la défaite quand le VakifBank Istanbul a mené de quatre moins en milieu de manche. Toutefois, après avoir fait leur retour, les coéquipières de Paola Egonu (39 points) ont inversé la tendance pour prolonger cette finale. Sur leur lancée, les Italiennes ont dominé l’entame de la quatrième manche et pris très vite cinq points d’avance. Sans s’affoler, le club turc a rattrapé son retard avant de se détacher de manière irrémédiable. Sauvant une première balle de match, Conegliano a dû s’avouer vaincu (22-25, 21-25, 25-23, 21-25). Après 2011, 2013, 2017 et 2018, le VakifBank Istanbul remporte son cinquième titre de champion d’Europe.

Kedzierzyn-Kozle conserve son titre


La finale masculine, de son côté, a donné un résultat identique à celle disputée la saison passée. En effet, Kedzierzyn-Kozle n’a pas laissé la moindre chance à Trente. Dès les premiers échanges, le club polonais a pris l’avantage et creusé un écart de trois points. Un temps revenu à hauteur, les Italiens ont pris un nouvel éclat auquel ils ont pris le temps de répondre. Toutefois, la première balle de set a été la bonne pour les coéquipiers de Kamil Semeniuk (27 points). Trente a répondu en faisant la course en tête à l’entame de la deuxième manche. Cela n’a tenu qu’un temps, Kedzierzyn-Kozle attendant son heure pour frapper, reprendre la main et prendre le large avec jusqu’à cinq longueurs d’avance. C’est avec cette marge que le club polonais a conclu la deuxième manche à sa deuxième balle de set. La troisième manche a démarré par un chassé-croisé entre deux formations qui n’ont jamais eu plus de deux points d’avance. Dans le « money time », Trente a cru pouvoir inverser la tendance et a eu une balle de set avant de faire preuve de résistance. A six reprises, les coéquipiers de Matey Kaziyski (16 points) ont écarté une balle de match. Toutefois, la septième a été la bonne pour Kedzierzyn-Kozle (22-25, 20-25, 30-32). Une victoire qui offre aux Polonais un deuxième titre continental consécutif.

>