Ligue A (H) : Henno signe à Nantes-Rezé

Hubert Henno change d’air ! Après avoir passé sept saisons à Tours comme joueur (2002-05 puis 2015-19) puis deux comme entraîneur, l’ancien libéro de l’équipe de France (254 sélections entre 1999 et 2010) a décidé de rejoindre Nantes-Rezé, où il a signé pour les deux prochaines saisons. Cinquième de la saison régulière de Ligue A, Tours a été éliminé en quarts de finale en deux matchs par Chaumont, quatrième, la saison du TVB s’est donc terminée samedi dernier et son contrat n’a pas été prolongé par les dirigeants tourangeaux. Il va donc rejoindre le club de Loire-Atlantique, qui a fini avant-dernier de la saison régulière mais va rester en Ligue A la saison prochaine. « Je ne peux m’exonérer de ma responsabilité, elle est réelle. Même si je découvre en tant qu’entraîneur que, quand ça n’a pas marché, c’est toujours de ta faute. Mais les joueurs n’ont jamais lâché, malgré toutes les situations négatives vécues. Au final, on est à notre place, explique Henno dans L’Equipe au moment de dresser le bilan de la saison. Je ne me cherche pas d’excuses. Je n’ai pas envie de me plaindre, juste de dire merci pour avoir eu la chance de commencer dans une grande maison où la pression est inhérente. J’ai beaucoup appris. Cet échec me servira pour rebondir. »

Henno : "Nantes, ce n'est pas un choix par défaut"


Il faudra rebondir du côté de Nantes, présent en Ligue A depuis 2010, mais qui n’a disputé qu’une seule demi-finale en championnat, en 2012. « Je ne me définis pas, actuellement, comme un entraîneur capable de choisir forcément où il veut aller ou pas. Ce n’est pas un choix par défaut pour autant parce que Nantes reste un club de Ligue A depuis douze ans. J’ai aussi besoin d’apprendre, de continuer à faire mes armes. Même si Tours était un endroit idéal pour travailler et se faire connaître, Nantes a aussi des ambitions. Mais le NRM a surtout ce devoir de se battre chaque semaine, d’essayer de gratter des points. Si tu donnes le maximum, on ne t’en voudra pas. A Tours, tu dois gagner et si tu n’y parviens pas on ne comprend pas », reconnait Henno dans Ouest France. A lui de faire grimper Nantes dans la hiérarchie du volley français !

>