Carton plein pour les Bleus

Icon Sport

Sans faire injure aux Roumains, aux Grecs et aux Portugais, on n’en attendait pas moins de cette équipe de France abonnée aux exploits ces dernières années. Trois matches pour l’heure dans cet Euro hexagonal, trois victoires, et pas le moindre set concédé quand les grands rivaux de la poule - la Bulgarie et l’Italie - ont déjà laissé échapper une et deux manches respectivement contre ces mêmes adversaires. "On fait le job, on monte en puissance, c’est parfait", dixit Kévin Le Roux sur l’antenne de L’Equipe.

Forts de 58 points gagnants ce dimanche dans la Sud de France Arena – pour 18 fautes coupables – les Bleus ont surclassé des Portugais qui la veille avaient vendu chèrement leur peau face aux Bulgares (25-11, 25-20, 25-23). "Ce qui est bien, c’est que même dans un troisième set accroché on finit par faire la différence pour gagner en trois manches, se félicite Kévin Tillie. Le programme est encore long et c’est une bonne chose que de ne pas passer trop de temps sur le terrain."

Avec désormais pour le collectif tricolore du lourd en perspective: la Bulgarie dès lundi et l’Italie mercredi. "On est déjà tourné vers la suite, avoue le sélectionneur Laurent Tillie. On a connu une excellente préparation, on est en confiance et dans le rythme mais à partir de demain on va passer de vrais tests sur le terrain !" Le génial Jenia Grebennikov mesure parfaitement l’importance de ces deux chocs à venir. "Même si ce sera compliqué, ce serait bien de terminer premier de la poule pour le prochain tour, c’est l’objectif. Il vaut mieux éviter la Russie pour l’instant…" Tout l’enjeu est là en effet.