US Open (H) : Alcaraz et Tiafoe créent la sensation, Medvedev toujours aussi facile

Panoramic

Premier gros coup de tonnerre à l'US Open ! Dans la nuit de vendredi à samedi, lors du 3eme tour, Carlos Alcaraz a en effet frappé un gros coup en éliminant Stefanos Tsitsipas, le numéro 3 mondial, en cinq sets (6-3, 4-6, 7-6, 0-6, 7-6) et 4h11 de jeu. Pour cela, le jeune Espagnol (18 ans) est passé par bien des émotions à New York. D'entrée, le Grec a compris que son adversaire n'était pas entré sur le court Arthur-Ashe pour faire de la figuration, lui qui a rapidement mené 4-0 dans la première manche. Si le récent demi-finaliste à Toronto et Cincinnati a réagi en revenant à 3-4, l'actuel 55eme mondial au classement ATP a alors refait la différence en prenant une troisième fois le service de l'Athénien. Malmené, ce dernier s'est ensuite repris pour revenir à égalité à un set partout, grâce à un break de plus en sa faveur. Sur sa lancée, Tsitsipas semblait enfin prendre la mesure de son adversaire, mais Alcaraz n'a pas abdiqué et a sauvé trois balles de sets, à 3-5, et a ensuite enchaîné pour aller jusqu'au tie-break.

Dans celui-ci, l'Espagnol faisait cavalier seul (7-2) et a repris les commandes du match. Dos au mur, le numéro 3 mondial a alors sorti le grand jeu pour recoller à nouveau avec un cinglant 6-0 en 27 minutes. Dans la dernière manche, les deux joueurs faisaient jeu égal et c'est encore une fois au jeu décisif que la décision fut faite. A ce jeu-là, le grand espoir du tennis ibérique était une nouvelle une fois intouchable et venait à bout Tsitsipas sur sa troisième balle de match (7-5). En grande forme en début de saison, le récent finaliste à Roland-Garros a visiblement toujours autant de mal à l'US Open, lui qui n'a jamais dépassé le 3eme tour là-bas. Après un énorme match et un intense combat, Alcaraz s'est lui offert le premier top 10 de sa jeune carrière et se qualifie donc pour la première fois pour les huitièmes de finale d'un Grand Chelem. Auteur de 60 coups gagnants durant la rencontre, ce dernier peut même désormais rêver encore plus grand à Flushing Meadows. Dimanche, il aura en effet un tour plus clément contre l'Allemand Peter Gojowczyk, 141eme mondial et issu des qualifications, qui a battu le Suisse Henri Laaksonen (3-6, 6-3, 6-1, 6-4).

 

 

Tiafoe s'offre Rublev ! 


L'autre sensation de la nuit a vu Frances Tiafoe s'offrir Andrey Rublev à l'occasion de la première confrontation entre ces deux joueurs qui se connaissent très bien et sont amis dans la vie. Le jeune Américain de 23 ans déjà parvenu en huitièmes de finale du tournoi la saison dernière a connu son jour de gloire face au Russe en se hissant à un niveau de jeu assez exceptionnel qui lui a permis de signer aux dépens du numéro 7 mondial le plus bel exploit de sa jeune carrière avec cette victoire en cinq sets (4-6, 6-3, 7-6, 4-6, 6-1) après 3h46 de jeu face à celui qui avait atteint les quarts de finale à deux reprises à New York. Malgré un set de retard, le cogneur américain s'est très vite mis au diapason des coups de son adversaire, qu'il a fini par écœurer en coup droit, pourtant l'atout principal du Russe.

Pas un mince exploit, d'autant que le 50eme mondial a terminé en apothéose face à un Rublev assommé par les missiles venus d'en face. Tiafoe peut désormais rêver de disputer son premier quart de finale à New York, le deuxième éventuel pour lui en Grand Chelem après son magnifique parcours à Melbourne en 2019. Pour cela, le Floridien devra se débarrasser d'une autre tête de série le jeune Canadien Felix Auger-Aliassime, venu à bout en cinq sets là aussi (6-3, 6-4, 4-6, 3-6, 6-3, 3h58 de jeu) de l'Espagnol Roberto Bautista-Agut, qui avait pourtant réussi à revenir à deux sets partout après avoir cédé les deux premières manches face au nouveau protégé de Toni Nadal. "Je n'ai peur d'aucun de ces mecs", a rappelé Tiafoe avec beaucoup d'aplomb après son succès face à Rublev. "FAA" est prévenu.

 

 


 

 

 

Medvedev n'a pas de temps à perdre


Pour sa part, Daniil Medvedev n'a lui pas tremblé. Auteur d'un très bon début de tournoi, le Russe a continué de briller à New York en passant un nouveau tour facilement ce vendredi. Opposé à Pablo Andujar, le numéro deux mondial à l'ATP est toujours aussi expéditif et s'est imposé en trois sets (6-0, 6-4, 6-3) et 1h58 de jeu. Comme Richard Gasquet et Dominik Koepfer avant lui, l'Espagnol n'a rien pu faire face au natif de Moscou, parfaitement réglé. Le récent vainqueur du Masters 1000 de Toronto a débuté de la meilleure des manières avec une première manche proche de la perfection (6-0), où il a seulement perdu cinq points, et réglée en à peine plus de 20 minutes. Si son adversaire s'est par la suite réveillé, Medvedev n'a pas failli pour autant. Malgré quelques petites frayeurs, notamment au moment de conclure, où il a dû sauver deux balles de débreak, le Russe n'a pas flanché, lui qui avait fait la différence à 2-2 en prenant le service du 74eme mondial.

Derrière, dans le troisième set, le numéro deux mondial a encore une fois été dominateur sur le court et n'a laissé que des miettes à l'Espagnol. Avec deux nouveaux breaks en poche, acquis à 1-1 et 4-2, le Moscovite semblait filer vers la victoire dans la foulée. Mais, à 5-3, le demi-finaliste du tournoi l'an dernier a complètement craqué et a vu Andujar refaire un peu son retard sur un break blanc. Histoire de ne pas tergiverser très longtemps, Medvedev a finalement mis fin à son récital lors du jeu suivant, sur sa deuxième balle de match. Suite à l'élimination surprise de Tsitsipas, la route du Russe s'est clairement dégagée, même s'il devra encore se méfier notamment de l'Argentin Diego Schwartzman et de son compatriote Andrey Rublev. En attendant, qualifié pour les huitièmes de finale, le dernier finaliste de l'Open d'Australie affrontera le Britannique Daniel Evans au prochain tour. Ce dernier a été renversant contre l'Australien Alexei Popyrin (4-6, 3-6, 6-3, 6-4, 7-6) et réalise du même coup sa meilleure performance en Grand Chelem.


>