Ligue Europa - Gouiri redonne un peu de sourire à Nice

Panoramic

Nice, endeuillée par le drame qui a frappé la ville dans la matinée, a enfin lancé sa saison européenne grâce à sa victoire sur l'équipe israélienne de l'Hapoel Beer-Sheva (1-0), jeudi soir lors de la 2e journée du groupe C de la Ligue Europa. Avec désormais trois points en deux rencontres, soit autant que son adversaire du soir, mais aussi que le Slavia Prague, son futur adversaire, et que le Bayer Leverkusen, l'OGC Nice s'est complètement relancé dans la course à la qualification. 

Après avoir été dépassés en Allemagne la semaine dernière, les hommes de Patrick Vieira se sont donc bien rattrapés, comme l'avait demandé leur entraîneur. Dans des circonstances pourtant compliquées et un climat très lourd... D'ailleurs, un long silence en hommage aux trois victimes de l'attaque au couteau du matin même, en centre-ville, a précédé le début de rencontre.

Puis, malgré les circonstances et un stade vide, un bon match européen s'est tenu. Et certains Niçois n'y sont pas étrangers. Tel Youcef Atal, qui a retrouvé sa fougue et l'a rapidement démontré. Même si le Gym maîtrisait la rencontre, avec plus de 65% de possession de balle, son équipe ne parvenait pas à déstabiliser son adversaire. L'international algérien a donc insisté sur son côté. Et quand il fait dans l'excellence, ce qui n'est pas toujours le cas (41e et 43e), le latéral droit fait des différences.

Gouiri deux but en deux matches


A la suite de son débordement, Atal a donc offert un caviar à Amine Gouiri, dont la reprise du plat du pied droit, pourtant peu appuyée, a battu le gardien israélien Ohad Levita (1-0, 23e). Buteur pour la deuxième fois en deux matches de coupe d'Europe, l'ex-prodige de l'académie de l'Olympique Lyonnais n'est désormais plus une révélation. Il s'impose progressivement comme leader d'attaque des Aiglons. Si Nice a été supérieur à Beer-Sheva toute la première période, il s'en est toutefois fallu d'un, voire deux cheveux, pour que les équipes ne rentrent aux vestiaires à égalité.

Mais à chaque fois, Walter Benitez a été parfait de vigilance pour garder son but vierge. Il est d'abord sorti avec courage dans les pieds d'Or Dadia (37e). Puis, le gardien niçois a détourné une frappe de Josué, idéalement servi en retrait au point de pénalty par Dadia (45e). Après la pause, le vainqueur de la Coupe d'Israël a changé de stratégie, plus offensive. Mais malgré une pression supérieure dans le camp niçois, seul un centre-tir sur le dessus de la barre transversale a réellement inquiété Benitez (56e). 

Le Gym s'est fait peur jusqu'au bout. La faute à l'incapacité de Gouiri, d'une tête mal effectuée (67e), puis de Kasper Dolberg qui a perdu son tête-à-tête avec Levita (75e) de doubler la mise. Mais la défense a tenu bon. Désormais, les Rouge et Noir, symbole d'une ville meurtrie, ont l'opportunité de se rapprocher d'une qualification avec une double confrontation contre le Slavia Prague, le même adversaire qu'il y a 23 ans, en 1/8e de finale de Coupe d'Europe des vainqueurs de Coupes. C'était le monde d'avant...