Crise à Bordeaux, stop ou encore ?

Panoramic

 « Parfois, il vaut mieux déclarer forfait ». La déclaration de Willy Sagnol traduit parfaitement le ras-le-bol régnant à Bordeaux. Le coach des Girondins n’a pu cacher son exaspération après une nouvelle défaite de son équipe samedi sur la pelouse du Gazelec (2-0). Les supporters bordelais, eux aussi, commencent à perdre patience. Le retour en Gironde a d’ailleurs était quelque peu houleux pour les joueurs pris à partie par certains mécontents. Actuellement quatorzième du championnat, le club au scapulaire s’enfonce de plus en plus dans la crise.

Un mal profond

Il faut dire que la saison des Girondins avait très mal débutée avec une défaite à Reims, suivie de deux nuls contre Lille et Saint-Etienne. Depuis, la situation ne s’est guère améliorée avec seulement trois succès au compteur en douze journées (contre Nantes, Lyon et Troyes). Mais plus que les résultats, c’est la manière qui inquiète. Voilà désormais plusieurs semaines que Bordeaux se rapproche du néant. Les hommes de Willy Sagnol enchainent les prestations affligeantes aussi bien défensivement qu’offensivement. En témoigne leur dernière sortie à Ajaccio lors de laquelle les Bordelais n’ont cadré aucun tir ! Alors que le coach pointe du doigt l’attitude de certains de ses joueurs, le technicien est lui aussi menacé. C’est donc dans une ambiance plus que tendue que le club s’apprête à disputer son troisième match de Ligue Europa.

La Ligue Europa comme thérapie ?

Pour l’heure, les Marine et Blanc ne sont pas si mal embarqués dans la compétition. Troisièmes de leur groupe, les Girondins n’ont toujours pas gagné en C3 (deux nuls et une défaite). Ils restent cependant encore en course pour la qualification en seizièmes de finale. Actuellement, seul un point les sépare de Liverpool. La surprenante équipe de Sion compte pour sa part déjà cinq longueurs d’avance. Après un match aller (0-1)  plutôt tendu lors duquel Wahbi Khazri avait perdu ses nerfs, Bordeaux doit désormais se reconcentrer. Un bon résultat sur la pelouse des Suisses est quasiment vital pour enfin sortir la tête de l’eau. De quoi également apporter un peu de sérénité en attendant la trêve internationale. A l’inverse, un nouveau revers pourrait fragiliser encore un peu plus cette équipe girondine déjà au bord du gouffre.


>