Zidane joue gros en Turquie

Reuters

Le 30 mai 2020, Istanbul, et son stade olympique Atatürk, accueillera la finale de la Ligue des champions. Mais mardi, c’est dans une autre enceinte stambouliote, le Türk Telekom Stadium, situé à 25 kilomètres, que le seul entraîneur de l’histoire à avoir remporté trois fois de suite la prestigieuse compétition européenne pourrait connaître sa dernière sur le banc du Real Madrid, détenteur du plus grand nombre de sacres en C1 (13).

D’après El Mundo, Zinedine Zidane joue ainsi très gros face à Galatasaray. Après la défaite inaugurale à Paris face au PSG (3-0), ses hommes n’ont pu faire mieux que match nul contre Bruges (2-2) et sont déjà dos au mur dans ce Groupe A, dont ils occupent la dernière place après deux journées. Et la première défaite du club merengue en Liga cette saison, samedi à Majorque (1-0), n’a pas arrangé la situation du technicien français.

Mourinho et Allegri en embuscade

Selon le quotidien espagnol, au-delà de l’aspect mathématique, c’est surtout l’impression laissée par l’équipe de la capitale depuis le retour de "ZZ" qui interroge. Samedi soir, dans les Baléares, le collectif madrilène est encore apparu déficient, et les choix du coach tricolore, comme de laisser au repos Dani Carvajal, n’ont pas été payants. Et les recrues déçoivent toujours, à l’image d’un Luka Jovic de nouveau fantomatique.

"Je ne suis pas inquiet."

"Je ne pense pas que c’était un problème de joueurs, a ensuite réagi Zidane. Je ne suis pas inquiet." Inquiet ou pas, celui qui sera de nouveau privé de Luka Modric (cuisse) et Gareth Bale (mollet) mardi a tout intérêt à ramener un résultat de Turquie. Sans quoi José Mourinho et Massilimiano Allegri, également annoncé à Manchester United, ne se feraient pas prier pour prendre sa place sur ce banc si convoité.

Zidane : "Nous battre jusqu'à la fin"