UEFA : Nouvelle opposition face au projet de la Super Ligue

Panoramic


C'est un nouveau non au projet de la Super Ligue qui a été prononcé ce mardi à Nyon par l’UEFA et plusieurs représentants des clubs, ligues, joueurs et supporters européens. Ce projet de ligue fermée, qui a capoté la saison dernière est au cœur d'une tentative de résurrection de la part de la société A22 Sports Management, désireuse d'ouvrir un dialogue sur l’avenir du football de clubs. "L’opposition à l’autoproclamée ' Super Ligue ' reste écrasante, aujourd’hui comme depuis avril 2021", peut-on lire dans un communiqué officiel de l'UEFA.

Les représentants d'A22 "massacrés pendant deux heures" selon un participant


Réclamée par la société A 22 Sports Management, la rencontre du jour s'est avérée être une démonstration de force, d'après un participant interrogé par l'AFP. Ainsi, devant les trois représentants de cette société promotrice, emmenée par l'Allemand Bernd Reichart, l'UEFA avait convié des émissaires de l'ECA, des cinq plus grands championnats, du syndicat des joueurs FIFPro et de l'association Football Supporters Europe. "Clairement, les représentants d’A22 ont été surpris par le nombre de personnes présentes, et ils ont été massacrés pendant deux heures", donnant "l’impression d’improviser" sur le sérieux de leur projet, a affirmé le témoin sous couvert d'anonymat.


Tandis que 3 des 12 clubs qui avaient tenté de faire sécession l'an dernier militent encore pour une Super Ligue (la Juventus Turin, du Real Madrid et le FC Barcelone), A 22 a affirmé ne représenter personne avec l'unique ambition de "réformer le football". "Ce que nous retenons de la réunion est que le statu quo est satisfaisant pour l’UEFA", a notamment déclaré Bernd Reichart dans un communiqué. "L'UEFA et les parties prenantes du football restent attachées aux fondements du football européen, qui reposent sur l'ouverture, la solidarité et la méritocratie et servent des objectifs plus larges de principes sportifs et d'intérêt sociétal, plutôt que des privilèges et des droits personnels", précise pour sa part le communiqué de l'UEFA.

>