Real Madrid-PSG, le onze cumulé

Keylor Navas

Si Thibaut Courtois vient de battre le record d’invincibilité madrilène de Keylor Navas… pour une minute (535), le portier belge a connu une entame de saison très compliquée. A tel point qu’il s’est même fait siffler par ses propres supporters. Le Costaricain, lui, a parfaitement réussi ses débuts au PSG. Zidane lui préférait Courtois la saison dernière, mais Navas, triple vainqueur de la Ligue des champions, reste au-dessus en termes d’expérience. Et il n'a toujours pas encaissé le moindre but dans la compétition...

Dani Carvajal

Depuis son retour au Real, son club formateur, en 2013 après une saison au Bayer Leverkusen, Dani Carvajal est devenu indéboulonnable sur le côté droit de la défense merengue. Côté parisien, en revanche, Thomas Meunier n’a jamais complètement convaincu son entraîneur, Thomas Tuchel, qui lui préférait Thilo Kehrer, pourtant pas un spécialiste du poste, avant sa blessure, voire Colin Dagba. L’international Espoirs français est d’ailleurs en balance avec le Belge pour une place de titulaire à Santiago-Bernabeu.

Thiago Silva

Alors qu’il vient de fêter ses 35 ans, Thiago Silva n’est pas loin d’être dans la forme de sa vie. Le capitaine brésilien du PSG réalise un début d’exercice assez exceptionnel, et Thomas Tuchel ne cesse de répéter son envie de prolonger celui qui arrive en fin de contrat en juin prochain. Le Madrilène Raphaël Varane aurait tout aussi bien pu figurer dans cette équipe-type, un champion du monde français plus jeune (26 ans) et qui n’aurait certainement pas dénoté à la place d'«O Monstro».

Sergio Ramos

Certes, Presnel Kimpembe est en forme ascendante ces dernières semaines, mais comment ne pas inclure Sergio Ramos dans ce onze idéal PSG-Real ? Le capitaine emblématique merengue a tout gagné, en club comme en sélection, et représente tout simplement le guerrier ultime. Il ne fait pas non plus que défendre, comme en attestent ses nombreux buts décisifs, souvent de la tête. Et depuis le départ de Cristiano Ronaldo, il ne laisse à personne d’autre le soin de tirer les penaltys.

Juan Bernat

D’abord très critiqué, Juan Bernat, clairement en manque de rythme après avoir joué les utilités au Bayern Munich, a beaucoup souffert lors de ses premières semaines parisiennes. Mais il a mieux fini, et inscrit des buts importants en Ligue des champions, avant de bien redémarrer ce nouvel exercice, même s’il n’offre pas toutes les garanties défensives. Il profite surtout du flou à ce poste côté madrilène, et de la concurrence entre Marcelo et Ferland Mendy.

Marco Verratti

En pleine possession de ses moyens, « Gufetto » est l’un des meilleurs milieux de terrain d’Europe. Même si on peut lui reprocher son faible nombre de buts inscrits et, parfois, ses trop grandes prises de risque. Mais il y a définitivement un PSG avec et sans Marco Verratti. Ballon d’or 2018, Luka Modric a lui été moins resplendissant depuis, même s’il a été très bon samedi face à la Real Sociedad, et postule à une place de titulaire mardi.

Casemiro


Surnommé « le Tank », Casemiro, qui a d’abord évolué avec la réserve du Real à son arrivée en Europe avant d’exploser à Porto, s’est définitivement installé au poste de sentinelle avec l’arrivée de Zinedine Zidane sur le banc. Titulaire indiscutable depuis, il s’est aussi imposé en sélection brésilienne. Côté parisien, la sentinelle se nomme généralement Marquinhos. Installé à ce poste un peu contre son gré par Thomas Tuchel la saison dernière, l’ancien Romain y est toutefois de plus en plus à l’aise.

Toni Kroos

On le disait au creux de la vague, sur le déclin, et sur le point d’être définitivement remplacé par Federico Valverde, l’une des (très) bonnes surprises de ce début de saison madrilène. Mais Toni Kroos a prouvé ces dernières semaines qu’il ne fallait pas le condamner aussi rapidement. Au PSG, Idrissa Gueye, après une prestation époustouflante lors du match aller, est quelque peu rentré dans le rang et doit sans doute retrouver un second souffle, lui qui n’a pu bénéficier que de très peu de jours de congés après avoir disputé la finale de la CAN avec le Sénégal.

Kylian Mbappé

Convoité par le Real Madrid, Kylian Mbappé, à qui Zinedine Zidane a encore déclaré sa flamme en conférence de presse, va pouvoir faire admirer toutes ses qualités mardi soir à Santiago-Bernabeu, même s’il revient de maladie. Et le champion du monde est particulièrement craint, à raison, des Madrilènes. Dans le camp d’en face, Rodrygo, au contraire de son compatriote Vinicius Jr, fait déjà l’unanimité, mais le jeune Brésilien, auteur d’un triplé contre Galatasaray, doit encore confirmer sur la durée son (grand) potentiel.

Karim Benzema

Auteur d’un début de saison canon, l’ancien Lyonnais, arrivé il y a dix ans dans la capitale espagnole, est tout simplement le meilleur réalisateur de la Liga, devant Lionel Messi, avec 10 buts en 12 matches, et 2 de plus en Ligue des champions. Le néo-Parisien Mauro Icardi brille lui aussi particulièrement en cette entame d’exercice 2019-2020. L’Argentin a marqué 6 buts en 7 matches de Ligue 1, et 4 en autant de rencontres de C1.

Neymar

S’il n’a effectué son retour, après une énième blessure, que vendredi contre Lille, et qu'il est loin de son meilleur niveau, Neymar reste intrinsèquement l’un des meilleurs joueurs du monde, capable de changer le cours d'un match en quelques secondes. Le Brésilien est en opération reconquête après un été marqué par ses envies de départ. Et même s’il n’est pas assuré d’être titulaire, il aura à cœur de se rappeler au bon souvenir des Madrilènes mardi soir. Tout comme un Angel Di Maria brillant à l’aller, et à bien d’autres occasions encore. Délesté de ses kilos superflus et, surtout, remis de sa blessure à une cuisse, Eden Hazard semble quant à lui s'intégrer de mieux en mieux dans sa nouvelle équipe.

>