PSG : Marquinhos prêt à rappeler à l'ordre Messi



Durant ses années au Barça, et en particulier les toutes dernières, Lionel Messi était connu pour s’occuper très peu du travail défensif. Quand son équipe perdait le ballon, on le voyait souvent marcher sur le terrain à attendre qu’il y ait un retour de possession. Un comportement qu’il risque de renouveler au PSG.

Paris possède cette saison une équipe impressionnante sur le papier. Toutefois, il semble évident que si les attaquants ne participent pas à la récupération du ballon, alors le risque de déséquilibre sera important. Tout le monde devra donc faire des sacrifices sur les remontées adverses. Et si quelqu’un manque à ce devoir, alors il se verra taper sur les doigts par le capitaine Marquinhos. Fut-ce ce quelqu’un Lionel Messi.

« S’il faut parler, je le ferai »


« Tout le monde sait ce qu'il doit faire sur le terrain. On ne connait pas le onze encore, mais si les trois jouent devant, ils savent l'importance pour une équipe de défendre ensemble et de jouer compact. Nous aussi on sait que la défense doit être haute pour les aider sur le pressing. Après, sur le terrain, s'il y a quelque chose à dire, alors il faut dire les choses. Et il n'y aura pas de ressentiment. Il faut dire quand quelque chose ne va pas entre coéquipiers », a prévenu le Brésilien. Un vrai discours de capitaine et qui doit certainement plaire au coach de l’équipe, Mauricio Pochettino.

Outre le statut, « Marqui » dispose aujourd’hui du vécu qui sied à un véritable leader. Il se sait légitime pour hausser le ton. Et il insiste qu’il ne réfléchira pas à deux fois s’il y a besoin de recadrer les stars. "Je n'ai pas eu de discours auprès de Leo. Mais on parle tous les jours, de foot, d'autre chose, de stratégie et de tactique. Je n'ai pas eu de discours particulier pour la C1, ni avec lui ni avec le groupe. Un capitaine doit aussi montrer sur le terrain, pas que avec la parole, c'est comme ça que j'aime montrer mon leadership. Après s'il faut parler un jour je le ferais, mais ce n'est pas le moment", a ajouté le taulier parisien.

>