PSG - Manchester City : Pochettino donne des nouvelles de Messi


Forfait lors des deux derniers matchs du PSG face à Metz (1-2) et Montpellier (2-0) en raison d'une douleur au genou gauche, Lionel Messi sera dans le groupe afin d'affronter le Manchester City de Pep Guardiola, mardi soir au Parc des Princes lors de la deuxième journée de la phase de groupes de la Ligue des Champions (21 heures). Mauricio Pochettino l'a confirmé ce lundi en conférence de presse, gardant tout de même une incertitude quant à une éventuelle titularisation du sextuple Ballon d'Or. "Messi c’est comme Marco (Verratti), il avance bien, il sera dans le groupe demain même si je ne sais pas encore quels joueurs vont débuter."

Le besoin d'adaptation nécessaire de Messi


Le départ du natif de Rosario du Barça vers le PSG cet été, après une relation longue de plus de 20 années avec le club catalan, est synonyme d'un besoin d'adaptation pour le joueur, et le coach argentin du club de la capitale l'a avoué sans peine. "Nous parlons du meilleur joueur du monde, mais il faut que vous compreniez que c’est un homme qui a besoin de s’adapter à une nouvelle équipe, une nouvelle culture, une nouvelle société. Laissons le joueur travailler, et se sentir à la maison. Il a fait 20 ans à Barcelone, il était chez lui, ici tout est nouveau pour lui. Avec du temps et une relation technique avec ses coéquipiers qui va s’affiner, je n’ai pas de doute que nous allons rencontrer le succès", a jugé Pochettino.



Manchester City en avance sur le PSG ?


Qualifiant Pep Guardiola, son homologue, de "meilleur coach du monde", Pochettino a également souligné le processus collectif un peu plus avancé des Citizens, vainqueurs de trois des quatre dernières Premier Leagues et finalistes de la dernière Ligue des Champions. "Ils ont le rêve de gagner la Ligue des Champions. Nous aussi. Ils sont peut-être en avance par rapport à nous dans le processus de construction. Mais dans un match tout peut arriver. On va essayer de contrer ça avec notre désir et notre volonté, en appliquant nos idées et en essayant de limiter leurs qualités et en appuyant sur leurs failles, s’ils en ont", a-t-il jugé, à la veille d'un test qui ne sera pas selon lui, "le plus gros".




>