Pérez appelé à la rescousse ?

Reuters

Cinq victoires en onze matches disputés toutes compétitions confondues, c'est évidemment trop peu lorsqu'on évoque le début de saison du grand Real Madrid. Un club de cette envergure vise perpétuellement l'excellence, et tous les protagonistes qui travaillent pour le faire rayonner le savent mieux que personne. En tout état de cause, le coach de l'équipe première est évidemment sous pression, et qu'importe s'il s'agit du légendaire Zinedine Zidane, qui a déjà tout gagné à la tête de la Maison Blanche, en qualité de joueur et d'entraîneur.

"Dans le foot, on oublie vite ce que tu as accompli, c'est comme ça."

De l'autre côté des Pyrénées, les médias sont désormais très insistants avec le Français à chaque point presse, et celui-ci n'a pas pu échapper ce lundi aux nombreuses questions sur son avenir, à la veille du déplacement des Merengues à Istanbul, pour défier le Galatasaray en Ligue des champions. "Ça fait 18 ans que je suis là. Je sais où on est, la pression sera toujours là, a rappelé, las de cette situation, le champion du monde 1998. Dans le foot, on oublie vite ce que tu as accompli, c'est comme ça."

Zidane s'est ensuite quelque peu agacé de devoir subir encore et encore des question se rapportant à un possible départ. "Le responsable, c'est moi. Mais vous ne pouvez pas me demander si je joue mon poste à Istanbul mardi. Moi, je veux rester ici. Demande à quelqu'un d'autre", a-t-il souligné. Faut-il y voir le souhait de recevoir un soutien public, et poussé, du président Florentino Pérez plutôt que de laisser les rumeurs continuer de nuire au quotidien du vestiaire ? Cette hypothèse parait plausible, d'autant que Sergio Ramos a lui aussi semblé envoyer un message au grand patron du Real Madrid lors de son exercice face aux journalistes. "Ce serait très facile de dire que Zidane sera là jusqu’à la fin de la saison et d’arrêter les spéculations", a lancé le défenseur central. Or, qui de mieux placé que Florentino Pérez pour couper court à ces échos s'ils sont sans fondement ? Le défenseur a quoi qu'il en soit aussi précisé, s'il en était besoin que "le vestiaire est à mort derrière Zidane". C'est toujours ça de pris...

 Zidane : "Faire preuve de caractère"