Ligue des Champions : Paris démarre très mal

Reuters

Pour l’immense majorité de la France qui n’a pas pu voir ce Liverpool-PSG, qu’elle se rassure. C’était avant tout une rencontre à vivre, à en prendre plein les oreilles par ce public d’Anfield. Et dire que ce You’ll never walk alone, cette puissance vocale ahurissante à l’unisson d’une équipe en délire offensif, c’est minimum tous les 15 jours dans la cité des Beatles… Paris s’en sortait très bien avec un 2-2 presque miraculeux arraché à 10 minutes de la fin. Mais les joueurs de Thomas Tuchel ont cédé une dernière fois dans le temps additionnel (3-2).

Habitué à des phases de poules plutôt tranquilles depuis six ans et le retour du PSG en Ligue des champions, le club de la Capitale savait depuis le tirage au sort que ça n’allait pas être la même mayonnaise cette saison. L’impression retirée de ce match est donc bizarre. Négative par le résultat et la copie d’ensemble. Mais positive, quelque part, par la marge que ce Paris Saint-Germain conserve donc. C’est le problème récurrent, et il faudra cette fois que ça change. 

s

 

Dès la sixième minute, Alphonse Areola a dû s’employer sur une tête de Wijnaldum. Derrière, il prend la déferlante avec Sturridge (30e) puis James Milner buteur sur penalty pour le 2-0 (36e). Paris revient donc à 2-1 contre le cours du jeu et au meilleur des moments, juste avant la mi-temps, grâce à Meunier (40e). Le but du 3-1 est refusé à l’heure de jeu pour une faute sur Areola, tout heureux de voir Daniel Sturridge manquer le doublé de la tête dans la foulée. Puis Kylian Mbappé égalise à 2-2 (83e), avant le coup de grâce de Roberto Firmino dans le temps additionnel, alors que le Brésilien n’avait pas démarré le match à cause de sa blessure à l’œil (3-2, 90e+2).