Ligue des Champions : Et si c'était la bonne année pour l'Atlético ?

Reuters

Cette saison de Ligue des Champions va t-elle s'apparenter à un éternel recommencement du côté de l'Atlético Madrid ? Seul l'avenir nous le dira. Reste que depuis plusieurs années, il subsiste un air de déjà vu au regard des performances des Colchoneros dans la plus prestigieuse des compétitions. Valeur sûre du championnat d'Espagne, l'autre club de la capitale paraît souvent si près mais à la fois si loin de remporter la C1, tandis qu'il n'y a pas de débat en Ligue Europa. Depuis 2010, le club a remporté à trois reprises la C3, contre Fulham (2010), l'Athlétic Bilbao (2012) et contre l'Olympique de Marseille (2018), et également trois fois la Supercoupe de l'UEFA (Inter Milan en 2011, Chelsea en 2013, Real Madrid en 2019).

En Ligue des Champions, le club de Diego Simeone, l'illustre technicien argentin, peine à faire passer un cap à son équipe, hormis en 2014 et 2016 où l'Atlético a été perdu en finale contre son ennemi juré, le Real Madrid, respectivement en prolongations puis aux tirs au but. Rageant. Depuis la saison 2016-2017 et une nouvelle défaite contre les Merengue cette fois en demi-finales, les Colchoneros n'ont plus atteint le dernier carré. Une élimination dès la phase de poules l'année suivante puis lors des huitièmes de finale (contre la Juventus), lors des quarts de finale (RB Leipzig) et enfin lors des huitièmes contre le futur vainqueur de l'épreuve, Chelsea. Cette saison, le club rouge et blanc a certes été tiré dans le chapeau n°1 mais son groupe est loin d'être le moins relevé (Liverpool FC, AC Milan et FC Porto). Ce mercredi soir, les Colchoneros débutent cette nouvelle campagne avec envie, à domicile au Wanda Metropolitano contre les Portugais de Sergio Conceiçao.

Une équipe complète

En Liga, l'Atlético Madrid a bien débuté son opération « back to back » avec trois victoires et un nul, comme Valence CF et le Real Madrid. Malgré la perte temporaire de Saul Niguez (prêté à Chelsea), les Colchoneros ont recruté Matheus Cunha (Hertha Berlin), Rodrigo de Paul (Udinese) et surtout Antoine Griezmann, sous la forme d'un prêt pour le moment en provenance du FC Barcelone. Le retour de l'ancienne star du club a fait énormément plaisir à son entraîneur Diego Simeone ainsi qu'à ses partenaires, moins à certains supporters qui ne lui ont pas pardonné son faux départ pour la Catalogne, un an avant son vrai transfert et la médiatisation de sa « réflexion » avec son club de cœur. Reste qu'avec le Français et même s'il doit encore reprendre le rythme de la compétition et retrouver les préceptes de son mentor argentin, l'Atléti a de sérieuses ambitions et affiche une équipe complète.

L'arrière-garde est toujours constituée de l'un des trois meilleurs gardiens au monde, Jan Oblak ainsi que ses acolytes en défense comme Savic, Gimenez et Hermoso pour ne citer qu'eux. Si l'on ajoute Lemar, un peu discret ces dernières semaines malgré son but le week-end dernier, que l'on compte sur l'émergence De Paul combinée à l'apport offensif de Suarez, Griezmann, Carrasco, Félix, Correa, la formation madrilène peut gonfler les muscles. Avec cette équipe et une couronne de champion de Liga en titre, l'Atlético Madrid doit faire respecter son rang. Et ça démarre ce soir contre le FC Porto.


>