Ligue des Champions - Comment Lopetegui a transformé Lucas Ocampos à Séville

Alastair Grant / POOL / AFP

Comment s'y est pris le "sorcier" Lopetegui ? Le technicien basque, ex-sélectionneur de la Roja (2016-2018) et ancien entraîneur du Real Madrid (2018), connu pour son football cadenassé et maîtrisé, a attiré l'ailier international argentin (26 ans, 5 sélections) à l'été 2019 pour utiliser sa spontanéité comme alternative. Une révélation pour Lucas Ocampos, devenu au fil de la saison l'un des éléments-clés du dispositif sévillan, avec un total de 14 buts marqués en 33 matches dans le championnat d'Espagne la saison passée (6e meilleur buteur de Liga).

La prouesse est signée Lopetegui: "C'est un entraîneur très exigeant, qui t'apprend énormément de choses. Il aime qu'on joue au ballon, que l'équipe joue bien, et ça, ça plaît à n'importe quel joueur", résumait l'ancien Marseillais au média DirectTV Sports pendant le confinement. "On croit en ce qu'il propose et ça se reflète sur notre classement. Tout ce que Lopetegui essaie de nous inculquer se remarque de jour en jour". Les suiveurs du championnat de France ont de quoi s'y perdre. Arrivé à Monaco en provenance de River Plate (Argentine) en 2012 à seulement 18 ans, Ocampos est ensuite recruté par Marcelo Bielsa à l'OM en février 2015. 

Décisif d'emblée

Mais l'ailier ne trouve pas sa place à Marseille, ni sous les ordres du "Loco", ni sous ceux de Michel, et est souvent raillé pour ses approximations techniques. Il est envoyé en prêt en Italie, au Genoa (2016-2017) puis à l'AC Milan (2017), et revient enfin dans une place de titulaire en puissance sur les ailes du 4-2-3-1 marseillais de Rudi Garcia. C'est alors que le directeur sportif du Séville FC Monchi, qui a pour coutume de surveiller de près la Ligue 1 (Jules Koundé, Lucas Ocampos, Diego Carlos...), l'attire à Séville pour cinq ans et 15 millions d'euros. Et Ocampos prend une nouvelle dimension.

En quart de finale de la dernière Ligue Europa, face à Wolverhamton, Ocampos sera le seul buteur d'un match crucial pour les andalous, d'une tête décroisée parfaitement placée à deux minutes du coup de sifflet final (88e), et deviendra le héros de la qualification du Séville FC en demi-finale. Il fêtera son but les deux poings serrés de rage... Cette même rage qui l'envahira à la 55e minute de la demi-finale face à Manchester United, quand Lopetegui décidera de le rappeler sur le banc pour le préserver et faire entrer du sang frais, avec Munir. Ocampos mettra alors un grand coup de pied dans une bouteille d'eau et jettera son protège-tibia de colère, plus contre lui-même que contre son coach.

Volcanique

Un ersatz de l'homme et du joueur: volcanique, explosif, sur un terrain comme en-dehors. C'est ce tempérament qu'a su parfaitement exploiter Lopetegui, en l'intégrant sur l'aile droite de son système, le couloir favori de l'Argentin, pour utiliser sa capacité à déborder ou à créer des décalages en repiquant vers l'intérieur. Un parfait soutien des attaquants Luuk de Jong et Youssef En-Nesyri.

Mais l'attaque du Séville FC accuse le coup ces dernières semaines, en panne de buts. Ocampos aussi: touché à un genou lors de la rencontre initiale de C1 à Stamford Bridge malgré 94 minutes de jeu, il n'a joué qu'un mi-temps contre Eibar en championnat d'Espagne samedi (défaite des Sévillans 1-0)Un repos qui pourrait être salvateur pour un Ocampos en gros progrès, et un Séville six fois titré en C3, qui veut désormais s'affirmer comme un grand club de Ligue des champions.

Gardien, Ocampos arrête le dernier tir du match !