Ligue des Champions : Cancelo, la nouvelle droite

AI / Reuters / Panoramic

La Juventus a du talent. Pour dénicher de nouvelles pépites, régénérer son effectif chaque saison ou attirer des gros poissons. Le recrutement de João Cancelo coche ces trois catégories. L’été dernier, les dirigeants bianconeri ont misé beaucoup de billets sur le défenseur formé à Benfica, un peu plus de 40 millions d’euros exactement, pour l’arracher des filets de l’Inter Milan, pas disposé à débourser autant pour le joueur de la Seleçao (14 sélections).

L’Inter s’en veut encore

Une somme importante pour un latéral avec seulement six matchs de C1 au compteur, mais pas démesurée compte-tenu des prestations impressionnantes du Portugais sous le maillot nerazzurro. Un an après le départ de Dani Alves, la Juve se cherche à ce moment-là un nouvel homme fort pour tenir le couloir droit de sa défense. Un costume trop grand pour Stefan Lichtsteiner, porté une saison par le Suisse avant son départ libre pour Arsenal.

Pour sa première année à Turin et après une Coupe du Monde où il n’a pas été retenu par Fernando Santos, João Cancelo, lié jusqu'en 2023 avec la Vieille Dame, a eu les mains libres pour s’approprier une place de titulaire dans le onze de départ de Max Allegri. Un nouveau cap de passé pour lui, après trois saisons à Valence puis 26 matchs de championnat l’an passé en prêt avec l’Inter. Chez le rival milanais, Cancelo et ses montées régulières sur le front de l’attaque s’imposent rapidement dans le cœur des supporters de Guiseppe-Meazza, délivrant trois passes décisives en championnat et inscrivant un but.

Le poulain de Jorge Mendes

Des performances très régulières dans une formation milanaise qui en manque cruellement. Suffisant pour faire succomber le rival turinois et se parer d’un des joyaux de Gestifute, l’agence de Jorge Mendes. Trois semaines après son transfert, c’est Cristiano Ronaldo, tête de gondole de Gestifute, qui débarque dans le Piémont. Le hasard fait parfois bien les choses.

Freiné un mois cet hiver par une blessure au genou droit (opération du ménisque), le numéro 20 a su retrouvé les petits papiers de son entraîneur par la suite malgré des apparitions réussies de la part de son concurrent Mattia De Sciglio durant son absence. Fautif sur le but de David Neres à l’aller, Cancelo pourrait avoir l’opportunité de se rattraper ce soir à l’Allianz Stadium si son entraîneur décide de le relancer. Sa vélocité dans les duels, sa capacité de projection et ses centres précis peuvent en faire une arme redoutable face à une Ajax contrainte de marquer pour se qualifier. Après un premier round manqué, Cancelo se sait scruter. Le sacerdoce des grands.