Ligue des Champions : Au Bayern, Tolisso ne convainc plus

Reuters

A Munich, l’avenir s’assombrit pour Corentin Tolisso. Recruté durant l’été 2017 pour 41,5 millions d'euros, ce qui était alors le plus gros investissement du club, le milieu de terrain a depuis du mal pour différentes raisons à justifier son prix. Si sa première saison semblait prometteuse, avec 40 matchs pour dix buts et sept passes décisives toutes compétitions confondues, la suite a été beaucoup moins rose pour lui. Revenu l’année suivante avec un titre de champion du monde en poche, le Français a rapidement été victime d’une rupture des ligaments croisés du genou droit en septembre 2018. Absent quasiment toute la saison 2018-19, le Français semblait repartir sur de bonnes bases cette saison sous les ordres de Niko Kovac.

Avec Flick, Tolisso n’y arrive pas


Malheureusement pour le natif de Tarare, le licenciement de l’entraîneur croate en novembre dernier a compliqué les choses. En effet, la nomination de Hans-Dieter Flick et une blessure au mollet en décembre ont changé la donne. Sous la houlette de l’Allemand, Tolisso a vu son temps de jeu réduire considérablement. Avec la concurrence de Joshua Kimmich, Thiago Alcantara, voire de Leon Goretzka et de Philippe Coutinho, le Français doit désormais se contenter des miettes. Comme vendredi dernier, contre Paderborn (3-2), alors que Flick avait décidé de faire un peu tourner avant le 8eme de finale de Ligue des Champions contre Chelsea. Une situation préoccupante, alors que la presse allemande évoque déjà un départ pour lui cet été.

Deschamps n’avait pas besoin de ça


« Il n’est pas du tout déprimé. Dans l’adversité, il fait le dos rond. Il a conscience d’appartenir à un grand club où la concurrence est vive. Il attend sa chance et s’en remet, comme durant sa longue indisponibilité, au travail et à la persévérance pour espérer bousculer la hiérarchie », confiait pourtant récemment un membre de son entourage au Parisien. Cependant, sa situation pose souci, alors que l’équipe de France s’avance avec peu de certitudes au milieu de terrain à quelques mois de l’Euro 2020. Si Tolisso attend son heure et n’envisage pour le moment pas un départ, Didier Deschamps aimerait sans doute que « Coco » retrouve un temps de jeu plus conséquent et surtout du rythme avant une importante échéance avec les Bleus.