Jules Koundé, dans l'axe ou pas ? A Séville, pas de débat

Zuma / Panoramic

Avec une charnière composée du tout récent vainqueur de la Ligue des nations et du Brésilien Diego Carlos, en or aux Jeux olympiques de Tokyo cet été, Séville s'appuie sur une redoutable paire de défenseurs centraux. En huit matches de championnat, la défense dirigée par l'ex-Bordelais (22 ans) et l'ex-Nantais (28 ans) n'a encaissé que trois petits buts, soit la meilleure arrière-garde de Liga. 

"Une paire de centraux aussi fondamentale qu'indispensable", a encensé le quotidien sportif espagnol Marca fin septembre. Au point que l'absence de Koundé à Vigo samedi (1-0) en Liga, sur fond de possibles douleurs musculaires, a alimenté les inquiétudes avant la confirmation du fait que le défenseur était finalement bien du voyage à Lille mardi. En C1, les hommes de Julen Lopetegui ont accroché deux nuls face à Salzbourg (1-1) et Wolfsburg (1-1) lors des deux premières journées: pour lancer leur campagne européenne, voilà Koundé et ses équipiers contraints de viser une première victoire mercredi, tout comme le Losc.

Dans le dur à droite

Central indéboulonnable dans le 4-3-3 de Lopetegui à Séville, Koundé a longtemps fait hésiter Didier Deschamps chez les Bleus. Lancé à la place de Benjamin Pavard au poste d'arrière droit à la mi-temps du match amical contre le pays de Galles (3-0) le 2 juin dernier, Koundé a ensuite été titulaire à ce poste face au Portugal (2-2) à l'Euro puis face à la Bosnie-Herzégovine (1-1) le 1er septembre en qualifications pour le Mondial-2022, match durant lequel il avait été expulsé sur carton rouge direct (51e).

A ce poste, qui n'est pas le sien, le jeune défenseur français n'a jamais vraiment brillé. Mais durant la phase finale de la Ligue des nations que les Bleus ont remportée début octobre, le sélectionneur Didier Deschamps l'a lancé comme défenseur central, dans une défense à trois aux côtés de Raphaël Varane et Presnel Kimpembe ou Lucas Hernandez.

"Un été très agité"

Koundé est ainsi apparu comme l'un des grands gagnants du rassemblement d'octobre, car il coche les cases des récentes options choisies par Deschamps: le rajeunissement des troupes et le passage intéressant a un système à trois défenseurs centraux, qui ouvre une place supplémentaire dans la défense centrale. "Jules a la capacité de jouer latéral, je sais très bien que ce n'est pas son poste de prédilection, qu'il est avant tout défenseur central. Ça peut être une option. Ça ne s'est pas très bien passé pour lui mais je reste convaincu qu'il a le potentiel pour être au niveau international", a commenté Deschamps.

Courtisé notamment par de prestigieux clubs anglais et le Real Madrid à l'intersaison, Koundé n'a finalement pas quitté l'Andalousie cet été, le Séville FC refusant de céder sa pépite en-deçà du prix de sa clause libératoire, fixée à 90 M EUR. "On sait tous que ça a été un été très agité. Mais c'est le passé. Maintenant, l'équipe a besoin de moi et j'ai besoin de l'équipe pour être performant au plus haut niveau", a lancé Koundé avant le match de C1 contre Wolfsburg, fin septembre (1-1).

Sous contrat avec Séville jusqu'à l'été 2024, Koundé devra patienter pour rallier l'un des géants d'Europe. Mais que ce soit en défense centrale ou comme latéral droit, l'avenir est devant lui: à 22 ans, Koundé apparaît comme le défenseur le plus onéreux de Liga, valorisé à 60 M EUR par le site spécialisé Transfermarkt.


>