Foot: vingt ans avant la Super Ligue, l'Euroligue de basket avait franchi le pas

Panoramic

Des clubs qui s'affranchissent de la tutelle de l'instance qui organise la principale compétition européenne pour en créer une rivale, entrant en opposition frontale: le parallèle entre le foot et le basket est plus que troublant, avec un décalage d'un peu plus de deux décennies. A partir de 1958 et sur le modèle de ce que le football a mis en place en 1955, la Fédération internationale de basket (Fiba) a organisé la principale compétition européenne, d'abord appelée Coupe des champions, puis Euroligue en 1996.

En 2000, une première scission apparaît: des clubs comme le FC Barcelone et le Real Madrid, aussi impliqués dans le projet controversé de Super Ligue dévoilé lundi, ou encore Bologne, l'AEK Athènes et l'Olympiakos rejoignent l'Euroleague basketball, entité privée créé en juillet 2000. La saison 2000-01 se déroule ainsi avec deux compétitions européennes majeures, l'Euroligue et la Suproligue, qui était organisée sous l'égide de la Fiba, et deux champions d'Europe: Kinder Bologne pour l'Euroligue et le Maccabi Tel Aviv pour la Suproligue.

Fiba et Euroleague décident d'enterrer (provisoirement) la hache de guerre en 2001 et pendant 15 ans, avec l'Euroligue comme compétition principale. Le conflit s'envenime à nouveau fin 2015, lorsque l'Euroleague envisage à partir de la saison 2016-17 de basculer dans une formule semi-fermée, sur le modèle de la NBA, avec onze "franchises" possédant chacune une licence permanente de dix ans. Elle réussit à attirer les plus grands clubs européens, malgré les menaces d'exclusion de la Fiba.

Deux visions du basket s'affrontent depuis, entre une approche essentiellement probusiness de l'Euroleague (qui gère les deux principales compétitions de clubs du basket européen, l'Euroligue et l'Eurocoupe) à l'américaine, et celle plus traditionnelle de la Fiba, qui cherche à préserver un système dans lequel l'accession aux coupes continentales se fait par les championnats nationaux. Le conflit entre les deux instances se poursuit depuis. Les sélections internationales sont contraintes de disputer les fenêtres internationales proposées par la Fiba sans leurs joueurs NBA et Euroligue, qui ne sont pas libérés par leurs franchises et leurs clubs respectifs.


>