🚨 Ligue des Champions - Choupo-Moting envoie le PSG en demies !

Reuters

Pour la première fois depuis 1995, le PSG participera aux demi-finales de la Ligue des Champions. L’équipe de la capitale française a brisé la malédiction, et elle l’a fait le soir où elle le méritait peut-être le moins. L’équipe de Thomas Tuchel a pris le dessus sur l’Atalanta en inscrivant deux buts dans les arrêts de jeu, alors qu’elle avait été menée logiquement au score pendant plus d’une heure. De la persévérance mêlée à la réussite, telles sont les vertus qui ont permis aux champions de France de renverser l’obstacle lombard et prolonger leur rêve européen.

A défaut de briller, Paris n’a rien lâché

On jouait la 90e minute quand les Parisiens ont recollé à la marque, et répondu à la réalisation réussie par Mario Pasalic à la 27e minute. C’est Marquinhos qui a délivré les siens, réussissant là où les Neymar, Icardi et aussi Mbappé ont tous échoué. D’une reprise sans contrôle suite à une remise de Neymar, et grâce à une légère déviation d’un défenseur, il a trompé Sportiello et assuré l’égalisation. Un dénouement quasi inespéré pour les Franciliens, tant ils ont été méconnaissables auparavant.

Et puis, à peine trois minutes plus tard, et alors qu’on croyait se diriger vers la prolongation, le rentrant Eric Choupo-Moting a assuré la victoire. Déjà à l’origine du premier but, le Camerounais a enfoncé l’Atalanta en reprenant du plat du pied un service latéral de Kylian Mbappé. Un scénario de fou, qui n’est pas sans rappeler l’exploit de Manchester United en finale de l’édition 1999. Il fallait voir la joie sur le banc des Tuchel, Di Maria, Verratti et cie après ce deuxième but pour comprendre à la fois l’effarement et le soulagement qui ont gagné les Parisiens.

Neymar et Mbappé récompensés pour leurs efforts


La fin de la rencontre a été autant féerique pour Paris qu’elle n’a été sévère pour l’Atalanta. La formation lombarde ne méritait en effet clairement pas d’être crucifiée de la sorte. Elle a fait plus que jeu égal avec son adversaire du jour, et elle a même manqué plusieurs opportunités de doubler la mise. De Roon (56e) et Toloi (58e) auraient pu plier les débats en faveur leur équipe. Des essais auxquels on peut ajouter ceux sauvés en début de rencontre par Keylor Navas (3e et 11e).

Pour Paris, le finish victorieux ne fera pas oublier la prestation d’ensemble assez laide. Certes, les Parisiens ont frappé 16 fois au but, mais c’est surtout parce que Neymar a quasi tout fait tout seul. Son seul tort aura été de ne pas conclure avec succès (4e, 19e, 28e, 35e, 42e et 77e). Il en est de même pour Kylian Mbappé, qui a raté une grosse opportunité après son entrée (80e et 81e). Mais, à défaut de marquer, les deux génies de l’équipe se sont transformés en passeurs juste avant le gong. C’est aussi avec des histoires imprévisibles comme celles-là que se construisent les grandes épopées. Espérons tout de même que sur le chemin qui les mène au Graal, Paris ne se fera plus autant peur.