Une Italie séduisante obtient le premier ticket pour les huitièmes



Impressionnante avant l’entame du championnat d'Europe avec sa longue série d’invincibilité, l’Italie l’est tout autant depuis le début de la compétition. La sélection de Roberto Mancini a glané un deuxième succès ce mercredi au détriment de la Suisse (3-0). Une victoire obtenue haut la main, avec une brillante partition qui porte notamment la signature de Manuel Locatelli.

La surprise Locatelli


Le milieu de terrain de Sassuolo a été auteur des deux premiers buts de son équipe. Il a su se trouver à chaque fois au bon endroit et au bon moment pour matérialiser la mainmise des siens. A la 26e, juste après que Giorigio Chiellini s’est vu refuser un but pour un contrôle de la main (20e), il a débloqué la situation en mettant à profit l’excellent travail de son coéquipier en club, Domenico Berardi. Une réalisation qui a fait exploser le Stadio Olimpico, lequel fut déjà très bruyant à 0-0.

En seconde période, Locatelli a encore fait mouche (52e). Cette fois, c’était sur une frappe sèche à l’entrée de la surface à la suite d’une remise de Nicolo Barella. Un joli but, fruit d’une belle séquence collective, et qui ne laissait plus de doute quant à l’issue de ce match.

Face à la Turquie, lors du match d’ouverture, les Transalpins avaient trouvé le chemin des filets à trois reprises. Il fallait assurer le même tarif. Ce fut chose faite à la 89e minute grâce à une initiative de Ciro Immobile. D’un tir croisé de 20 mètres, le Laziale a porté le coup de grâce à La Nati.

La Squadra souveraine jusqu’au bout


Le score final aurait pu être encore plus lourd en faveur des Italiens. En plus des tentatives ratées en première période (Immobile 11e, Spinazzola 37e), il y a eu les frappes non cadrées d’Insigne (73e) et d’Immobile (77e). Pas de quoi altérer cependant l’excellent bilan de la soirée. La copie générale des Italiens est d’autant plus satisfaisante qu’ils n’ont jamais été mis à contribution derrière. Gianluigi Donnarumma a juste eu à se montrer vigilant sur une double frappe du rentrant Zuber (64e).

Avec 6 buts marqués, aucun encaissé, six points pris sur six et une présence au prochain tour déjà assurée, la Squadra Azzurra se positionne définitivement comme un candidat au sacre. Il convient encore de les voir face à des oppositions plus féroces, mais pour l’instant les quadruples champions du monde ont tout bon.

>