Euro 2020 : où en sont les gros ?

Reuters

Les déjà qualifiés
 

Dans la lignée de sa montée en puissance à l’Euro 2016 puis surtout à la Coupe du monde 2018, la Belgique a confirmé lors des éliminatoires de l’Euro 2020. Premiers au classement Fifa, les Diables rouges ont survolé leur groupe I avec huit victoires en autant de matches. L’Italie est la seule sélection à avoir réussi la même chose (dans son groupe J), la Squadra Azzurra sera donc également au rendez-vous. L’Espagne est aussi d’ores et déjà qualifiée. Seule différence, la Roja est invaincue mais n’a pas tout gagné, avec six victoires et deux nuls.
 

 

Les presque qualifiés

 

Il faudrait un cataclysme pour que l’équipe de France manque sa première compétition depuis le Mondial 94. Ce traumatisme reste très présent pour les plus de 35 ans, donc pour Didier Deschamps qui l’avait vécu en tant que joueur. Il fallait à l’époque prendre un point en deux matches à domicile face à Israël puis la Bulgarie, cette fois une victoire jeudi contre la Moldavie suffirait. Ça semble plus simple, et il y aurait encore un possible rattrapage en Albanie… Pour l’Angleterre et la Croatie, calés en tête de leur poule, ça paraît aussi quasiment fait. Les Three Lions passeraient, par exemple, en cas de victoire face au Monténégro jeudi. Même chose pour la Croatie face à la Slovaquie.

 

Les ballottages favorables


Si les Anglais comme les Croates doivent prendre garde, c’est encore plus le cas pour le Portugal. Deuxième de son groupe, la Selecçao ne doit pas se rater, car la Serbie est juste derrière à un point. Mais Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers ont la chance d’enchaîner la Lituanie et le Luxembourg… En cas de catastrophe, ils pourraient se rattraper en barrages, grâce à leur victoire en Ligue des nations (face aux trois autres meilleures équipes de la Ligue des nations non qualifiées pour l’Euro). Et puis il y a ce groupe C, avec les Pays-Bas et l’Allemagne à 15 points et l’Irlande du Nord à 12 unités. Néerlandais comme Allemands affrontent les Nord-Irlandais lors des deux dernières journées.

Ronaldo contrarié par son remplacement ? Sarri en est ravi !