Equipe de France : Quels scénarios pour la qualification ?

Panoramic
Après le coup de force face à l’Allemagne (1-0), les Bleus, impressionnants de maîtrise lors de ce duel entre les deux derniers champions du monde, étaient grandissimes favoris de leur deuxième match dans cet Euro, samedi après-midi face à la Hongrie. Mais ils n’ont pu faire mieux que match nul dans l’ambiance bouillante de la Puskas Arena (1-1), Antoine Griezmann (66e) répondant à l’ouverture du score d’Attila Fiola dans le temps additionnel de la première période.

Mais comme la Mannschaft a ensuite dominé le Portugal (4-2), les hommes de Didier Deschamps occupent la tête du Groupe F, avec une longueur d’avance sur les Allemands et les Portugais, et trois sur les Hongrois. Ils ont donc leur destin en mains avant de conclure cette première phase, mercredi  soir (21h), toujours à Budapest, face à Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers, alors que l’Allemagne accueillera dans le même temps la Hongrie à Budapest.

En cas de victoire, et de revanche, dans ce remake de la finale de la dernière édition du championnat d’Europe, les Tricolores seraient automatiquement assurés de terminer à la première place du groupe F, quel que soit le résultat de l’autre match. Une première place qui lui ferait affronter en huitièmes de finale l’équipe classée troisième du groupe A, B ou C (actuellement la Suisse, la Finlande ou l’Autriche).

Un nul les qualifierait


Mais même s’ils font match nul face aux Portugais, les Bleus seront qualifiés pour les huitièmes. Leur place dépendrait alors du résultat de l’Allemagne, la seule équipe à pouvoir les dépasser dans ce scénario, uniquement en cas de victoire. S’ils terminent deuxièmes, ils seront cette fois dans la partie basse du tableau, et opposés au premier du groupe D, le vainqueur d’Angleterre-République tchèque ou les Tchèques en cas de match nul.

Une défaite face aux champions d’Europe en titre ne serait pas forcément éliminatoire. Car les quatre meilleurs troisièmes sont qualifiés pour les huitièmes. En 2016, le Portugal avait décroché son billet malgré trois matchs nuls en poule, et l’Irlande du Nord était également passée avec trois points, alors que la Slovaquie et l’Irlande en avait quatre (et des différences de buts de 0 et -2), soit le nombre de points des Tricolores. Sauf que cette année, le nombre de troisièmes à quatre points pourrait être plus important. Un pari que les Bleus feraient donc fort bien d’éviter…

>