Accrochée par la Hongrie, l’Allemagne passe par la petite porte / Euro 2020 (phase de poules)

Après un revers contre la France (0-1) qui avait engendré une petite tornade médiatique de l'autre côté du Rhin, l'Allemagne de Joachim Löw s'était révoltée en écrasant chez elle le Portugal de Cristiano Ronaldo (4-2). Dans ce contexte volcanique, l'enjeu de ce dernier match de poule contre la Hongrie était double : assurer la qualification, déjà, et tenter de s'adjuger la première place selon le résultat des Bleus contre le Portugal.

 

L'Allemagne douchée d'entrée de jeu

 

Si l'Allemagne a bien conservé son animation en 3-4-3 avec les redoutables Kimmich et Gosens en pistons sur les côtés, elle devait aussi se passer de Thomas Müller, forfait suite à une blessure au genou. De son côté, la Hongrie s'appuyait encore sur son système en 5-3-2. Après avoir visionné le casse-tête posé par les Hongrois au Portugal et à la France, les champions du monde 2014 avaient dans l'idée d'appuyer fort d'entrée de jeu pour forcer le verrou rapidement, et se faciliter le scénario. Il n'en a rien été. Ce fut même tout l'inverse.

 

Après une première alerte rapide de l'Allemagne par Kimmich (4e), les Hongrois ont douché l'Allianz Arena en frappant sur leur première grosse opportunité. Après un débordement de Roland Sallai conclu par un centre parfait, Adam Szalai s'est imposé dans les airs pour débloquer la situation d'un puissant coup de casque (0-1, 11e).

 

 

Un but magistral dont l'écho a raisonné jusqu'aux oreilles des Bleus et des Portugais, étonnés par un cri soudain dans les travées de la Ferenc-Puskas Arena. Un but qui vient récompenser une équipe formidable de ténacité et de rigueur tactique. Parc que si l'Allemagne a bien réagi, trouvant notamment la barre sur une tête d'Hummels (21e), les hommes de Marco Rossi ont continué à s'armer de courage pour fermer les espaces jusqu'à la pause. Mieux, ils ont même fait passer un nouveau frisson sur un tir enroulé de Roland Sallai qui a obligé Manuel Neuer à s'employer (39e).

 

Des Hongrois héroïques !

 

La pression allemande s'est évidemment intensifiée au retour des vestiaires, avec une possession écrasante, des renversements de jeu et une pluie de projections dans la surface hongroise. Le jeune Kai Havertz s'est essayé sur un tir lointain mais Péter Gulacsi s'est bien employé (52e). Une frayeur avant l'égalisation. Le milieu offensif de Chelsea a marqué d'un but opportuniste après une sortie manqué du portier hongrois (1-1, 66e). Touchée, la Hongrie n'était pas coulée, loin de là. Elle a même trouvé les ressources physiques et mentales pour repartir et combat et remettre la Mannschaft dans les cordes ! Deux petites minutes plus tard, au terme d'une superbe contre-attaque, Andras Schäfer, lancé en profondeur, s'est joué de Manuel Neuer pour libérer une seconde fois son équipe (1-2, 68e).

 

Les Hongrois ont bien tenté de résister aux assauts allemands dans un dernier quart d'heure épique où l'Allemagne a jeté ses dernières forces. Mais c'était sans compter sur une dernière fulgurance de Goretzka dans ce match complètement rocambolesque, auteur d'un but égalisateur crucial à cinq minutes de la fin (2-2, 85e). Après l'humiliation du Mondial, cette grande nation du football ne restera pas à quai. Mais elle passe sur le fil du rasoir. Héroïque, la Hongrie peut sortir la tête haute.

 

 


>