Démare, le gros couac

Icon Sport

Les yeux plus gros que le ventre ? Arnaud Démare s'était fixé comme objectif de terminer le Giro avec le maillot cyclamen. Le Français était en tête du classement par points avant la 18e étape, la dernière pour les sprinteurs de ce 102e tour d'Italie. Mais le scénario de ce jeudi a complètement échappé à la Groupama-FDJ. L'équipe française s'est trompée de stratégie dans un final haletant.

Trois hommes étaient en tête, Damiano Cima, Nico Denz et Mirco Maestri. Le peloton a tardé à fournir son effort pour rattraper les échappés. Ce qui faisait le jeu de la formation tricolore puisque ces hommes allaient prendre les gros points du sprint, laissant l'opportunité à Démare de terminer tranquillement dans la roue de Pascal Ackermann au moment du sprint du peloton pour conserver son maillot cyclamen (14 points d'avance avant l'arrivée).

Démare "très, très déçu"

Sauf qu'à deux kilomètres de la ligne, voyant l'écart fondre, la Groupama-FDJ s'est mise à rouler en tête de peloton pour jouer aussi la victoire d'étape. Problème, les échappés ont résisté et Damiano Cima a même gagné au nez et à la barbe d'un peloton lancé à pleine vitesse. En tête du peloton, Pascal Ackermann a pris la deuxième place et les autres échappés se sont intercalés devant Arnaud Démare, seulement huitième....

Le Français perd donc son maillot au profit de l'Allemand qui n'a plus qu'à terminer le Giro pour s'assurer des lauriers. "C'est facile de voir ça devant sa TV, a regretté Démare, amer, au micro L'Equipe. Nous, on voulait être placé pour le sprint. Après, le sprint ne s'est pas passé comme je voulais, j'ai été gêné à deux reprises. Forcément, je suis très, très déçu. Du jour au lendemain, tu deviens nul parce que tu perds le maillot..." Quel gâchis !