Ineos Grenadiers : Bernal ne s'imagine pas sur un Grand Tour cette année

Même si la guérison d'Egan Bernal se passe bien, pas question de s'emballer pour le coureur colombien, victime d'un grave accident le 24 janvier, lorsqu'il a percuté un bus à l'entraînement, ce qui aurait pu le rendre paraplégique. Le cycliste de 25 ans est remonté sur un vélo cette semaine, mais il ne veut pas brûler les étapes de sa guérison. Samedi, il a participé à une course virtuelle sur Zwift et a répondu à quelques questions, notamment sur ses ambitions pour cette année : « Le Tour d’Espagne, ce serait peut-être un peu trop. Clairement, je ne serais pas prêt pour le courir, ce serait demander beaucoup à mon corps. Pour participer à ce genre de course, on ne peut pas improviser. Si on a une douleur ça se voit et alors on ne peut pas aller au bout. Ce serait un rêve de pouvoir reprendre la compétition cette année mais je ne veux pas donner de date, ce serait un peu irresponsable. J'espère récupérer au plus vite mais je dois écouter mon corps. Ineos Grenadiers m'aide et va me donner tout le temps dont j'ai besoin, ça me rassure. Avant de penser à renouer avec la victoire, je dois retrouver la pleine santé et terminer une course. Ce serait déjà un succès important."


Bernal : "Avant, je me concentrais uniquement sur le cyclisme"


Victime de multiples fractures, notamment au niveau de la colonne vertébrale, le vainqueur du Tour de France 2019 et du Giro 2021 estime que ce grave accident peut lui servir pour la suite, notamment pour relativiser les choses : « J'ai reçu une leçon importante avec cet accident, je suis vraiment reconnaissant d'avoir vécu cette expérience. L'accident m'a permis de voir les choses sous un autre angle. Avant, je me concentrais uniquement sur le cyclisme et sur le fait d'être le meilleur coureur du monde. Mais la vraie priorité dans la vie est de se sentir bien et de pouvoir être avec ceux qui nous aiment. Lorsque vous êtes attaché à un ventilateur (à l'hôpital, ndlr), vous vous sentez fragile et vulnérable, c’est seulement à ce moment-là que vous appréciez vraiment ce que vous sous-estimiez auparavant ou teniez pour acquis." Interrogé sur le fait que cet accident puisse lui causer des moments de peur dans le futur, Egan Bernal ne veut retenir que le positif pour le moment : « Je ne sais pas si quand je recommencerai à rouler vite, j'aurai peur ou non. Pour l'instant, je n'ai fait que quelques sorties. La peur n'était certainement pas la première sensation que j'ai ressentie en me remettant en selle. Au lieu de cela, c'était du pur bonheur. » Pourvu que cela dure !

>