Tour de France : Un retour au sommet du puy de Dôme à l'étude

panoramic

Le puy de Dôme pourrait de nouveau intégrer l’itinéraire du peloton du Tour de France dans les prochaines années. Du moins, Christian Prudhomme met le pied à l'étrier pour que le volcan historique accueille la plus grande course cycliste du monde, ce qui n’est plus arrivé depuis 1988. Le directeur du Tour de France a, dans cette optique, visité vendredi la montée du site culminant à 1465 mètres, avec Lionel Chauvin, président du conseil départemental du Puy-de-Dôme, et Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes. « Il y a beaucoup d'émotion pour nous, car c'est un rêve que l'on a dans la tête depuis des années. Le puy de Dôme c'est un mythe, notre emblème auvergnat et j'ai toujours pensé que c'était une erreur de se priver du potentiel de venir ici », s’est fendu le dernier cité dans des propos rapportés par La Montagne.

Les 60 ans du duel Anquetil-Poulidor dans les têtes


Sa voie d’accès unique, la mise en service du train à crémaillère en 2012 rendant la route plus étroite ou encore sa candidature à l’UNESCO sont des facteurs pour expliquer en partie les 34 ans sans passage du Tour du France au sommet du Géant des dômes. Aujourd’hui, les différents acteurs travaillent main dans la main pour permettre un retour du peloton au point culminant de la chaîne des Puys. « Cela correspond à notre volonté de redonner la montagne aux champions, comme on l'a montré ces dernières années en allant sur des sites classés ou difficilement accessibles », suit Christian Prudhomme, avec la date du 24 juillet 2024 certainement cochée. 60 ans auparavant, Jacques Anquetil et Raymond Poulidor, épaule contre épaule dans l’ascension du puy de Dôme, ont offert l’une des bagarres les plus mythiques de l’histoire du Tour de France. Le clin d’œil serait fort pour l’histoire, à fortiori à deux semaines de l’ouverture des JO de Paris.

>