Tour de France 2022 : L'appel de Quintana confirmé par le TAS

Panoramic


Nairo Quintana est bel et bien décidé à se défendre. Le 17 août dernier, l’Union Cycliste Internationale (UCI) a jeté un froid quand elle a annoncé par voie de communiqué la disqualification du coureur colombien du dernier Tour de France, dont il avait pris la sixième place. Une décision qui a été prise à la lumière de deux contrôles positifs au tramadol, un antidouleur dont l’utilisation est interdite en compétition en vertu du règlement médical de l’UCI pour raison de sécurité. Des contrôles qui ont été effectués à l’issue des étapes conclues au sommet de la Super Planche des Belles Filles et du Col du Granon. S’il n’a pas été suspendu, Nairo Quintana a renoncé à prendre le départ de la Vuelta afin de préparer sa défense. Une procédure auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) qui est désormais officiellement lancée par le coureur de l’équipe Arkéa-Samsic et ses avocats.


Quintana entend garder ses résultats


Par l’intermédiaire d’un communiqué, le TAS a confirmé avoir « enregistré l’appel déposé par le coureur colombien Nairo Quintana conte la décision prise par le directeur médical de l’UCI le 17 août 2022 dans laquelle il a été reconnu coupable d’avoir enfreint le règlement médical de l’UCI et sanctionné d’une disqualification des résultats obtenus lors du Tour de France 2022 ». L’instance basée à Lausanne confirme que « l’arbitrage a débuté ». Un panel d’arbitres sera prochainement nommé et pourra trancher dans cette affaire. Une procédure à l’issue de laquelle Nairo Quintana entend conserver ses résultats sur la Grande Boucle, qui pourraient être cruciaux vis-à-vis du classement de son équipe concernant l’attribution des licences UCI World Tour pour la période 2023-2025. En effet, la perte des points acquis par le Colombien pourrait être préjudiciable à la formation bretonne.

>