Groupama-FDJ : Pinot a pensé à arrêter sa carrière

En chutant sur la route mouillée de la Promenade des Anglais, le 29 août dernier, dans le final de la 1ere étape du Tour de France 2020, Thibaut Pinot (31 ans) a perdu gros. Pour ne pas dire tout. Toujours pas remis de la blessure au dos qui l'handicape depuis ce premier jour maudit de Nice, le leader de l'équipe Groupama-FDJ, qui regrette presque aujourd'hui de ne pas avoir immédiatement jeter l'éponge ("Bien sûr que j'ai commis une erreur, mais je voulais aller jusqu'à l'étape de Mélisey, chez moi et (....) fermer la bouche de ceux qui me voyaient comme un mec qui lâche"), vit depuis des jours très sombres.

Contraint de mettre pied à terre une semaine plus tard dans cette Grande Boucle qui pourrait bien être sa dernière, le Franc-Comtois reconnaît ce mardi dans les colonnes du journal Le Parisien alors que les coureurs se présentent au pied de ces mêmes Pyrénées que Pinot s'était montré incapable d'escalader en septembre dernier qu'il a pensé plusieurs fois à tout arrêter.

 

Pinot : "Combien de fois j'ai pété les plombs !"


"Combien de fois j’ai pété les plombs seul dans ma voiture. Un jour, sur le périphérique parisien, j’ai fondu en larmes tellement je n’en pouvais plus. Alors, oui, j’y ai songé", révèle l'un des grands absents de cette 108eme édition du Tour, qui a finalement trouvé la force de continuer, réconforté et aidé dans sa réflexion par ses proches, dont fait partie son emblématique directeur sportif (Marc Madiot). "Pour eux, je ne pouvais pas lâcher", poursuit Pinot, qui assure que "ces pensées négatives" liées à cette (trop) longue et interminable période sans courir sont désormais "derrière (lui)".

Et seul semble aujourd'hui importer au troisième du Tour 2014 de reprendre la compétition, lui qui a été contraint d'abandonner dès la 3eme étape de la dernière Vuelta et a dû ensuite renoncé à s'aligner sur le Giro.

 

Pinot : "Je veux juste recourir !"


Uniquement apparu entre temps sur le Tour des Alpes-Maritimes et du Var (35eme), l’Ardèche Classic (8eme), le Trofeo Laigueglia (24eme), Tirreno-Adriatico (43eme) et le Tour des Alpes cette année (60eme) n'a en effet qu'un seul rêve étant donné ce qu'il a traversé depuis près d'un an : recourir, si possible avant la fin de la saison. "Quelle que soit la course, je m'en fous. Je veux juste recourir !"

Dans ses rêves les plus fous du moment, Pinot se voit également déjà au départ du Tour de France 2022. Car il jure qu'il "(reviendra) sur le Tour". "J'espère le disputer l'an prochain. Je n'ai que 31 ans, j'ai encore de belles choses à montrer." A condition que ce mal de dos qui le ronge "au quotidien", au point de le faire souffrir même lorsqu'il marche ou cuisine, le laisse un jour définitivement tranquille. "J'ai recommencé à faire du vélo plus sérieusement, avec des sorties de quatre heure (...) Je me ressens coureur cycliste". Espérons qu'il le redeviendra très vite.


>