Ewan, quel coup de rein !

Reuters

"Avec Anthony, on a envie de mettre le nez à la fenêtre et de respirer le bon air albigeois." Ah, le bon air du pays, ça vous donne des ailes… que s’empresse de vous couper l’impitoyable peloton de ce 106e Tour de France, pourtant plutôt ouvert et débridé… Lilian Calmejane, Albigeois de naissance, était ce mercredi le régional de l’étape, courue entre la cité tarnaise et Toulouse (167km). Anthony, c’est Anthony Perez, né dans la Ville Rose et avec lequel Calmejane n’a pas tardé à assouvir ses velléités offensives, frustrées depuis le départ de Bruxelles.

Une attaque au kilomètre zéro, où le coureur de Total-Direct Energie emmenait donc comme convenu Perez dans sa roue et avec son coéquipier de la Cofidis, le baroudeur inévitable de cette première semaine, Stéphane Rossetto (dont c’était la troisième échappée), ainsi que le Belge Aimé de Gendt (Wanty-Groupe Gobert).

Héritier de McEwen

En 2018, pour sa découverte de la Grande Boucle, Perez avait déjà fait valoir cet état d’esprit offensif en échouant à quelques hectomètres de l’arrivée à Sarzeau… Un an plus tard et c’est un nouvel échec qui a soldé la belle entreprise de ce quatuor, où Rossetto a une fois encore démontré un sacré coup de pédale. Et Calmejane, à défaut de goûter à nouveau la victoire déjà éprouvée aux Rousses en 2017, affiché la couleur en délaissant le rôle de "figurant sur ce Tour"

La chute collective, survenue dans le peloton à une trentaine de kilomètres de l’arrivée et impliquant une trentaine de coureurs, aurait pu profiter aux échappés, en jetant au sol notamment Nairo Quintana, Richie Porte, mais aussi l’ancien maillot jaune Giulio Ciccone ou encore Niki Terpstra, contraint lui à l’abandon. Mais la logique des sprinters restera la plus forte, malgré le dernier effort d'un De Gendt qui avait bien caché son jeu, avec l’énorme coup de rein de l’Australien Caleb Ewan (Lotto-Soudal), capable de sauter sur la ligne Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) pour s’offrir son premier succès d’étape sur un Tour que cet héritier de Robbie McEwen découvre à 25 ans et succéder à un certain Mark Cavendish, dernier vainqueur au pied du Capitole, il y a onze ans (*).

Jeudi, Julian Alaphilippe vivra une septième journée en jaune sur les premiers contreforts des Pyrénées et sur la route de Bagnères-de-Bigorre. Un profil où Calmejane pourrait remettre le couvert…    
------------------------------------------------
(*) Ewan a désormais levé les bras sur les 3 grands tours, après ses victoires d'étape sur la Vuelta (1) et sur le Giro (3).