Dopage : Qu'est-ce que le tramadol, qui a valu à Quintana d'être disqualifié du Tour de France ?

Panoramic


Même s'il a décidé de faire appel de la sanction devant le Tribunal arbitral du sport (TAS), Nairo Quintana n'apparaît déjà plus depuis mardi dans le classement final du dernier Tour de France, lui qui avait pourtant passé la ligne d'arrivée des Champs-Elysées, le 24 janvier dernier, en 6eme position. Une 6eme place dont le Colombien de 32 ans, qui dément formellement s'être dopé ("Je ne suis pas au courant de l'usage de cette substance et je nie totalement l'avoir utilisée pendant ma carrière."), a été officiellement déchu à quelques jours du départ de la Vuelta, dont le coureur de l'équipe française Arkéa-Samsic ne prendra finalement pas le départ (l'intéressé veut consacrer son temps à sa défense : "Je ne participerai pas à la Vuelta pour faire valoir mes droits devant le Tribunal arbitral du sport, je reviendrai sur le calendrier des courses en fin de saison"). La faute à deux prélèvements de sang intervenus lors de cette dernière Grande Boucle qui ont révélé des traces de tramadol et de deux de ses métabolites (les produits issus de la dégradation de la substance dans l'organisme et attestant d'une prise récente). Mais qu'est-ce que le tramadol, ce produit dont l'Union cycliste internationale avait banni l'usage en compétition le 1er mars 2019 (ce que le nouveau président de l'instance le Français David Lappartient avait promis au cours de sa compagne) ?

Une dépendance très rapide et des effets secondaires dangereux...


Il s'agit d'un antidouleur de la famille des opioïdes (les médicaments aux propriétés analgésiques utilisés précisément essentiellement dans le but de soulager les douleur) susceptibles d'améliorer les performances et de surmonter les douleurs physiques des sportifs y ayant recours. Le tramadol est également connu pour créer une dépendance (pharmacodépendance) en l'espace de quelques jours seulement et, surtout, d'engendrer des effets secondaires qui peuvent s'avérer dangereux, et même mortels en cas de surdosage ou d'excès dans l'utilisation. C'est notamment pour cette raison que l'UCI a décidé de l'interdire depuis trois ans quand l'Agence mondial antidopage (AMA), elle, n'a pas placé le produit sur la liste de ceux qui ont interdits - elle figure en revanche sur celle des produits surveillés - et que le tramadol est autorisé en football comme en tennis pour ne citer que ces deux sports. Le recours à cet antidouleur peut en effet amener une perte d'attention ainsi qu'une augmentation du temps de réaction. Deux effets secondaires dangereux pour le coureur en question comme pour le peloton. Quintana ne sera pas suspendu dans la mesure où il s'agit d'une première infraction au tramadol. En revanche, le Colombien écoperait d'une suspension de cinq mois en cas de récidive.


>