Clarke : « Enfin mon rêve devient réalité »

Panoramic

Simon Clarke (AUS/Israel Premier Tech) - Vainqueur de l’étape


« Je n’avais pas d’équipe au début de l’hiver, mais j’ai continué à me dire que c’était encore possible d’y arriver. Puis Israel-Premier Tech m’a fait une proposition et donc je me suis retrouvé avec cette opportunité. Aujourd’hui, je suis très heureux de pouvoir les récompenser de me l’avoir offerte. C’est la preuve que tout peut arriver si on saisit sa chance. Ce matin, le directeur sportif m’a dit : ‘Aujourd’hui (mercredi), c’est une échappée’. Or les étapes que j’ai gagnée sur la Vuelta et le maillot rose que j’ai porté sur le Giro, c’était déjà en première semaine, sur des échappées. Alors je me suis dit que c’était peut-être mon jour. Mais je n’arrive toujours pas à y croire, c’était très serré dans le final. J’ai dépassé Taco van der Hoorn dans les 50 derniers mètres. Sur la Vuelta, c’était des finishs similaires. Quand Neilson Powless était devant, j’ai choisi d’attendre et surtout de surveiller Edvald Boasson Hagen. On a commencé à sprinter dans le dernier virage, j’ai donné tout ce que j’ai pu jusqu’à la ligne. Cela fait 20 ans que j’ai déménagé en Europe pour devenir cycliste et je vais avoir 36 ans pendant ce Tour. Et enfin mon rêve devient réalité. »

Taco van der Hoorn (PBS/Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) - 2eme


« Ça craint. C'est vraiment nul. J'étais si près de remporter une étape du Tour, je suis donc très déçu. Quand cette étape a été annoncée, je savais déjà que je voulais être dans l'échappée ici. J'ai fait beaucoup de travail de reconnaissance, donc je savais qu'il y avait un rétrécissement du parcours après un kilomètre. Je savais déjà que je voulais y aller. Nous sommes partis avec quelques coureurs forts et avons gardé une vitesse élevée tout au long de la journée. Le peloton était plus préoccupé de garder les leaders en tête que de nous rattraper. Nous avions une bonne chance aujourd’hui (mercredi) et nous avons fait un bon travail à six à l'avant. Je sais que nous avons bien fait, mais peut-être que Simon Clarke était juste plus rapide. Quelques petites erreurs font alors la différence. »

Magnus Cort Nielsen (DAN/EF Education-Easypost) - 5eme et maillot à pois


« Hier (mardi), j’ai essayé de prendre quelques points mais, aujourd’hui (mercredi), c’était en soutien de mes coéquipiers, essayer de leur donner les meilleurs opportunités en vue du classement général. On a pu prendre du temps et rester à l’écart du stress et des drames. La plupart du temps, j’ai travaillé pour Neilson Powless. Au début, on ne pensait pas que l’échappée puisse aller jusqu’au bout donc on a surtout essayé de tenir le plus longtemps et de se faire reprendre le plus tard possible. Finalement, on a vu que c’était envisageable d’aller au bout mais, à ce moment-là, on avait déjà dépensé beaucoup d’énergie. Malheureusement, je n’avais plus grand chose sous la pédale. »

Tadej Pogacar (SLO/UAE Team Emirates) - 7eme et maillot blanc


« Finalement c’était une bonne journée. Les secteurs pavés étaient réellement difficiles, mais je me sentais bien. Peut-être que cela paraissait facile sur l’écran, mais je peux vous assurer que ce n’était pas le cas du tout. Le moment important, c’est quand j’ai réussi à m’accrocher à la roue de Jasper Stuyven. Une fois tous les deux nous avons fait du bon travail, mais à certains endroits il m’a presque lâché. Heureusement, j’ai tenu le coup et ça m’a permis de bien terminer l’étape, je peux être content. »

Wout Van Aert (BEL/Jumbo-Visma) - 16eme et maillot jaune


« Au début je me sentais pas vraiment bien à l’avant du peloton, avec ces traversées de villages et des routes étroites. Je ne voulais pas prendre de risques alors j’ai voulu reculer un peu. Et en réalité j’ai chuté, perdu un peu de terrain mais j’ai surtout perdu confiance dans le fait de pouvoir rouler devant sur les pavés. Ce n’est pas la journée qu’on espérait avec l’équipe. On s’est retrouvé à chasser toute la journée alors qu’on ambitionnait plutôt de faire la course à l’avant et de réaliser quelque chose. Il a fallu changer d’état d’esprit : hier (mardi) on se bagarrait pour la gagne et aujourd’hui (mercredi) on se battait pour limiter les dégâts. Heureusement il n’y a pas eu trop de dommages au classement général et je suis assez fier de la façon dont on s’est défendu sur la fin de l’étape. Ça a été une surprise pour moi de garder le maillot jaune. Je n’y pensais même plus, parce que je ne me sentais pas d’assez bonnes jambes dans le final. Mais c’est bien de le garder, je vais pouvoir en profiter demain (jeudi) sur les routes belges. »

Primoz Roglic (SLO/Jumbo-Visma) - 61eme


« Je me suis relevé rapidement et j'ai repris mon vélo mais, très vite, j'ai compris que je ne pouvais pas continuer comme ça. J'ai dû m'arrêter et emprunter le siège d'un spectateur pour remettre moi-même mon épaule en place. Comme cela m'est déjà arrivé, je sais comment faire, j'attrape mon genou et je tire fort. Je ne sais pas dans quel état je vais être pour continuer. Pour l'instant, je ne me dis pas que j'ai perdu le Tour, je n'en suis pas encore là dans ma tête, je vais essayer de récupérer. »

Mathieu van der Poel (PBS/Alpecin-Deceuninck) - 81eme


« Je n’atteins pas le niveau que je veux. Au lieu d’être au top, je suis loin des meilleurs. Pour le moment, je ne suis que l’ombre de moi-même et c’est frustrant. Je ne sais pas quelle est la cause, j’aimerais le savoir. Il n’y avait pas non plus d’indication, mais je suis actuellement incapable de jouer devant. Aujourd’hui (mercredi), je me suis vite rendu compte que les jambes ne tournaient pas. J’espère que ça viendra, sinon le Tour sera vraiment long. Ce n’est que mon troisième Grand Tour et le Giro a été bon, mais pas excellent non plus. Je n’ai pas atteint le niveau que je voulais depuis un moment. »

Sources : site officiel du Tour de France, L’Equipe, Eurosport, In de Leiderstrui, France Télévisions

>