Toulouse-Clermont, un feu d'artifice ?

ICON SPORT

On a tous en mémoire le 47-44 de la saison régulière entre Toulouse et Clermont, au mois d'avril. Il n'est pas garanti, loin de là, qu'une finale soit aussi prolifique en points. Ugo Mola, chantre du rugby champagne avec son Stade Toulousain, veut quand même y croire. "Clermont ne s'est pas souvent renié cette saison, et nous non plus", estime le coach en conférence de presse de veille de match.

"Si les deux équipes jouent à leur niveau, ça promet un beau match de rugby", poursuit-il avant de reprendre, moins séduisant: "Bien évidemment que ça va cogner, que la conquête sera importante en mêlée, en touche, dans les rucks... Partout. Une finale, ça se gagne souvent grâce à la domination des avants. Et notre charnière sera peut-être celle capable de contenir les assauts adverses."

En l'occurrence, ce sera encore Antoine Dupont et surtout Thomas Ramos, maintenu malgré son inefficacité au pied contre La Rochelle. "J'essaie de faire passer le message qu'il faut profiter à fond, sept ans ça fait long", confirme Maxime Médard. Le coach de l'ASM Franck Azéma conclut, pour L'Equipe: "Bien sûr qu'on a envie de prendre du plaisir et porter le ballon, mais le plus important, c'est d'être efficace." La fameuse finale qui se gagne.