FFR : Laporte et Altrad sont sortis de garde à vue



Leur garde à vue aurait théoriquement pu durer jusqu’à jeudi matin, mais ce mercredi soir, Bernard Laporte, Mohed Altrad, Serge Simon, Claude Atcher et Nicolas Hourquet sont ressortis libres de la Brigade de Répression de la Délinquance Economique, située dans le XVIIeme arrondissement de Paris, a annoncé l’AFP. Le président de la Fédération française de rugby, le président du club de Montpellier, le vice-président de la FFR, le directeur général de la Coupe du Monde 2023 et le responsable du Pôle international de la FFR avaient été placés en garde à vue mardi matin. L’ancien sélectionneur des Bleus est notamment soupçonné d’avoir favorisé le club de Montpellier en intervenant auprès de la commission d'appel de la Fédération française de rugby pour faire diminuer des sanctions contre le MHR, fin juin 2017. S’il a reconnu avoir contacté en juin 2017 Jean-Daniel Simonet, président de cette commission, Bernard Laporte s’est toujours défendu de toute intervention malgré une modification de la décision de la commission entre le 29 et le 30 juin 2017.

Le groupe Altrad au centre des attentions


C’est maintenant le parquet national financier qui va décider s’il y a une suite à donner à cette enquête préliminaire, en ouvrant une information judiciaire ou en mettant fin à l’enquête. L’avocat de Serge Simon avait également révélé mardi que d’autres sujets avaient été évoqués durant la garde à vue, comme le contrat entre le groupe Altrad et la FFR pour être sponsor maillot du XV de France, ou le soutien du groupe Altrad à la candidature de la France pour l’organisation du Mondial 2023. Affaire(s) à suivre…