Champions Cup (Finale) : Les réactions de La Rochelle après la défaite

Romain Sazy (deuxième-ligne et capitaine)

« Je trouve qu’on rentre bien dans le match. Après, le destin fait qu’on joue de suite en infériorité numérique avec des décisions forcément un peu dures. Le groupe s’accroche et, sur la fin, on se réveille un peu. Sur le début de deuxième mi-temps, ils nous tuent. On prend malheureusement cet essai. Je suis quand même fier mais, franchement, c’était la journée parfaite. Le parcours était magnifique. Tomber là, honnêtement, c’est très dur à encaisser. »

Geoffrey Doumayrou (centre)

« On n’est pas loin. Sur la fin, on est chez eux et on les met sous pression. Ça a bien tourné pour eux, je ne vais pas en dire plus parce que je suis vraiment déçu. Il y a les mêmes actions des deux côtés qui ne sont pas arbitrées de la même manière. C’est hallucinant à ce niveau-là. Il y avait beaucoup d’engagement, ça a été un combat qui était rude. Même à quatorze, on a montré de belles valeurs et on est dans le coup. On a eu un peu moins de réussite au pied. Ce sont des petites choses qui font que… On se bat pour marquer un essai plutôt qu’une pénalité. Tout le monde a donné son maximum, c’est comme ça. Vu la tournure du match, c’est rageant. On était bien, on n’était pas du tout en danger, on les faisait déjouer. Il y a eu ces faits de jeu qui font tourner le match en leur faveur. Même en s’envoyant dans tous les coins du terrain, à un moment, on ressent de la fatigue et on est dans le dur sur la fin pour accrocher quelque chose. »

Jono Gibbes (entraîneur)

« C'est difficile à digérer. C'est dur d'analyser tout ça à chaud. Nous faisons toujours preuve de résilience et nous en sommes fiers. Le fait qu'on soit tellement déçus d'avoir perdu même après avoir été réduits à quatorze montre notre force. Les 48 prochaines heures vont être très difficiles. Pour les joueurs et leurs familles et aussi pour les supporters. Mais mon message pour eux est : faites confiance au caractère de ce groupe. Ils vont venir travailler dès lundi, regarder la vidéo et, ils vont être honnêtes avec eux-mêmes. »

Grégory Alldritt (troisième-ligne)

« On a manqué de réalisme, on était trop pressé. C'est des trucs qu'on doit travailler pour la suite de la saison. J'ai un ressenti à chaud qui n'est peut-être pas le bon. On fera une analyse la semaine prochaine pour repartir de l'avant. Ce qui est sûr, c'est que l'intensité était là et une finale se joue sur du détail. Et on a peut-être failli sur deux ou trois détails, on l'a payé cash à la fin. Après, je ne peux pas vous parler techniquement d'une action précise ou d'un fait de jeu précis car comme je l'ai dit, c'est trop dur de débriefer un match à chaud, comme ça... Il y avait de l'intensité, c'était l'objectif: toutes les finales sont intenses, celle-là aussi. On a mis beaucoup d'intensité pendant tout le match. Comme on dit, ce n'est pas sur l'intensité qu'on a perdue, c'est sur du détail. Et voilà, en finale on le paie cash… »

Sources : beIN SPORTS, L’Equipe, AFP

>