US Open : Pour Casper Rudd, une occasion encore ratée de remporter son premier Grand Chlem

Panoramic

QUESTION : Que ressentez-vous après cette finale perdue ?

RÉPONSE : "Je suis bien sûr déçu que cela ne se soit pas passé comme je le voulais, mais je suis heureux que nous ayons joué l'un contre l'autre, pour le titre et la place de numéro 1 mondial. C'est mérité, vu nos bons résultats tout au long de l'année. Je suis très fier d'être N.2. Dans un sens, c'est une bonne chose : je peux encore courir après la première place. Mais ce sera certainement difficile (sourire). C'est incroyablement impressionnant ce que Carlos a déjà accompli et parfois dur de croire qu'il n'est qu'un adolescent. Mais, il l'est. Il a 19 ans, quatre de moins que moi. Il est un de ces quelques rares talents qui apparaissent de temps en temps dans le sport. Il a élevé son niveau de jeu quand il le fallait. Surtout dans la troisième manche, (quand la partie) était proche de tourner en ma faveur. J'ai eu quelques balles de set (deux, ndlr) et je n'ai pas pu les convertir. C'est le set qui a peut-être décidé du match. Tout le mérite lui revient. En même temps, je suis fier de moi. J'ai tout donné sur le court. J'ai joué un tennis phénoménal pendant ces deux semaines. J'espère avoir une autre chance de remporter un Majeur à l'avenir."

Q : Avant ce match, Carlos avait joué trois matches de cinq sets en six jours. Avez-vous pensé à le pousser à bout physiquement ?

R : "Oui, j'ai essayé. Mais il est jeune. Je suppose qu'il récupère vite. Il avait l'air plus frais que jamais. Je ne vais pas dire que c'est une surprise, parce que c'est un gars fort, qui travaille dur, qui fait tout ce qu'il faut. Mais son parcours est impressionnant. Il a toujours cette énergie pour continuer. Avec son équipe, ils font tout de la bonne façon. Je pense qu'il a aussi l'aide d'un médecin, qui a également aidé Rafa (Nadal) pendant de nombreuses années et sait ce qu'il fait. Il a été en mesure de garder le corps de Rafa frais et prêt pour de nombreux tournois du Grand Chelem. Mais Carlos fait tout bien. Sa mobilité est une de ses nombreuses armes. Il est très rapide. Il peut atteindre des balles comme personne. Ce sport est devenu si exigeant physiquement. Je pense que Novak (Djokovic) et Rafa (Nadal) ont mis la barre haute sur cet aspect. Rafa, quand il avait l'âge de Carlos, était pareil, il rattrapait tout. Novak c'est la même chose, avec sa flexibilité. Il arrive à faire certains coups tels qu'on se demande : 'Comment est-ce possible ?' Carlos est une sorte de mélange des deux. C'est impressionnant."

Q : Pour votre deuxième finale, comment avez-vous géré nerveusement ?

R : "J'étais nerveux, mais c'était plus amusant pour moi cette fois. Je n'affrontais pas ma plus grande idole (Nadal) pour le plus grand match de ma vie (à Roland-Garros)... Si vous atteignez une finale d'un Grand Chelem, peu importe contre qui vous jouez, ce sera un grand joueur de l'autre côté du filet. Aujourd'hui, j'y croyais davantage. Je pense que ces deux tournois ont renforcé ma confiance pour en gagner un. J'espère que ces deux expériences m'aideront et surtout que je ne jouerai pas contre un Espagnol si j'atteins une autre finale (sourire)".


>