Nadal ne rassure pas

Reuters

Roger Federer affrontera bien un gaucher espagnol en quarts de finale du tournoi de Cincinnati. Mais alors qu’on salivait déjà à l’idée d’assister à un nouveau duel face à Rafael Nadal, c’est Feliciano Lopez que le Suisse défiera pour une place dans le dernier carré.

Vainqueur de son compatriote en trois manches (5-7, 6-4, 7-6[3]), «Deliciano», comme le surnomme la mère d’Andy Murray, a réalisé un "match fantastique" selon un vaincu du jour étonnamment bavard en conférence de presse. "Je n’ai pas fait un mauvais match, a ainsi commenté Nadal. J’ai répondu présent avec la bonne intensité, la bonne attitude. Et j’ai ce que j’avais à faire en essayant d’être plus agressif et d’aller au filet plus souvent. C’est ce que j’ai fait. Mais il a joué son meilleur match face à moi, sans aucun doute. Je le félicite. Voilà."

Aucune marge

Auteur de 43 coups gagnants contre 27 à un adversaire qu’il a enfin réussi à battre deux fois consécutivement, Lopez a conclu sur son 14e ace du match après un combat de 2h25. "Je pense qu’il joue de mieux en mieux, et il a d’ailleurs bien joué aujourd’hui. Mais j’étais tellement bon…", a réagi Lopez, qui ne se fait pas de soucis pour son compatriote.

Mais à dix jours du début de l’US Open, celui qui s’était fait expédier par Kei Nishikori en quarts de finale du Masters 1000 de Montréal et n’a aucun point à défendre lors de cette tournée américaine qu’il avait zappée l’an dernier ne possède aucune certitude sur son jeu et, surtout, aucune marge. Ce qui est peut-être le plus inquiétant pour l’actuel 8e joueur mondial. 


>