Ski alpin - Val d'Isère : La FIS a donné son feu vert


Feu vert pour Val d'Isère. Cinq jours après avoir été contraint, faute de neige en Savoie, d'annuler les deux géants hommes prévus les 5 et 6 décembre prochains et de les délocaliser dans la station italienne de Santa Caterina-Valfurva, la FIS a donné sa validation mardi matin aux épreuves de vitesse masculines des 12 et 13 décembre prochains. Après avoir contrôlé la neige, la Fédération internationale de ski a donné son accord à la tenue du super-G (le 12) et de la descente hommes (le 13), dans quinze jours sur la mythique piste Oreiller-Killy. Un énorme soulagement assorti d'une double satisfaction pour la directrice du club des sports de la station savoyarde l'ancienne championne Ingrid Jacquemod, sachant que ce feu vert pour les épreuves de vitesses hommes devraient entraîner un feu vert similaire pour les épreuves féminines du 18 au 20 décembre 2020 (première descente femmes du week-end le 18, deuxième descente femmes du week-end le 19 et super-G femmes le 20).

Quatre ans après le doublé de Jansrud


« C'est un soulagement après la déception de l'annulation des géants qui devaient se disputer ce week-end. Nous avons choisi la bonne stratégie en privilégiant la préparation de la piste de vitesse, qui devrait nous permettre de livrer deux week-ends de compétition. Les services de la station et toutes les parties prenantes du comité d’organisation et du Club des Sports ont livré un travail remarquable pour arriver, dans des conditions difficiles, à relever ce défi. C’est un signe pour le monde de la montagne qui a besoin de retrouver le sourire dans le contexte actuel. » Un nouveau contrôle neige aura lieu vendredi prochain à Val d'Isère, mais la station semble désormais à l'abri d'une mauvaise surprise et d'un avis défavorable, comme cela avait été le cas la semaine dernière. Le 12 décembre, le super-G hommes marquera le grand retour de la vitesse masculine à Val d'Isère, quatre ans après le doublé super-G-descente de Kjetil Jansrud en 2016. A l'époque, c'est la station américaine de Beaver Creek qui devait initialement accueillir les deux manches, mais le manque de neige et les températures élevés avaient profité à Val d'Isère.