Biathlon - Relais de Nove Mesto (H) : L'Allemagne impériale, Jacquelin plombe les Bleus

L'Allemagne impériale, Emilien Jacquelin bourreau de sa propre équipe. Comme lors de la mass start des Mondiaux de Pokljuka deux semaines plus tôt, le double champion du monde en titre de la poursuite est passé complètement au travers et plombé complètement les chances des Bleus, vendredi lors du dernier relais de la saison, à Nove Mesto (République tchèque) alors que les trois relayeurs précédents Antonin Guigonnat, Quentin Fillon-Maillet et Simon Desthieux avaient fait de leur mieux pour que l'équipe puisse retrouver le goût du podium après sa 4eme place des Mondiaux. Lorsque Desthieux a transmis le relais au malheureux Jacquelin, la France occupait ainsi la deuxième place provisoire, à 36 secondes des Allemands, intouchables lors de cet ultime rendez-vous de la spécialité. Malheureusement pour l'équipe de France, celui que l'on a l'habitude de surnommer « Lucky Luke » pour ses qualités de tireur s'est encore complètement troué. En totale détresse, Jacquelin a incroyablement raté sept balles sur ses huit tirs. Beaucoup trop haut sur ses premières balles de ce tir couché qui a coûté très cher aux Bleus, le Grenoblois n'a jamais réussi à régler la mire, le grand fautif de ce relais envoyant même ses tentatives suivantes encore plus haut que les précédentes. Un cauchemar qui a obligé le dernier relayeur français à effectuer... quatre tours de pénalité alors que ses camarades s'étaient uniquement contentés de puiser dans leurs balles de pioche.


La Norvège sur le podium malgré trois tours de pénalité !


Après un... 5 sur 5 sur son second tir, Jacquelin a tout donné jusqu'au bout pour se faire pardonner et au moins permettre aux Français de limiter la casse avec une quatrième place. Mais il était dit qu'il vivrait décidément un calvaire jusqu'au bout, puisque le Slovène Trsan l'a passé in extremis pour la quatrième place. Les Bleus terminent donc cinquième de ce dernier relais marqué par la faillite inimaginable d'Emilien Jacquelin mais aussi, pour la première place, par la  démonstration de l'Allemagne, qui n'avait plus gagné un relais depuis plus de quatre ans (en janvier 2017). Impériaux (aucun tour de pénalité, 5 balles de pioche seulement), les Allemands ont tenu en respect tous leurs adversaires jusqu'à la ligne d'arrivée. S'il avait brillé en IBU, leur dernier relayeur Philipp Nawrath effectuait pourtant vendredi sa toute première sortie de l'hiver en Coupe du Monde. Ce qui ne l'a pas empêché, au même titre que ses trois coéquipiers, d'exceller du début à la fin. L'Allemagne relègue à l'arrivée les Russes, deuxièmes, à 1'21”, et la Norvège, troisième, à 1'33”. Un petit exploit pour les champions du monde en titre, puisqu'ils ont dû se rendre à trois reprises sur l'anneau de pénalité. Seule la France a fait pire. Plus exactement, Jacquelin.



IBU BIATHLON - COUPE DU MONDE / NOVE MESTO
Relais masculin - Vendredi 5 mars 2021
1- Allemagne (Lesser-Doll-Peiffer-Nawrath) en 1h12’28’’1 (0 tour de pénalité + 5 pioches)
2-
Russie (Khalili-Eliseev-Loginov-Latypov) à 1'21”7 (0+8)
3-
Norvège (Laegreid-Dale-T.Boe-J.T.Boe) à 1'33”2 (3+9)
4- Slovénie (Dovzan-Fak-Bauer-Trsan) à 2'13”2 (0+8)
5- France (Guigonnat-Fillon Maillet-Desthieux-Jacquelin) à 2'14”7 (4+9)
6- Autriche (Komatz-Eder-Leitner-Lemmerer) à 2’17’’ (0+5)
7- Italie (Bionaz-Hofer-Giacomel-Windisch) à 2’48’’1 (1+15)
8- Biélorussie (Labastau-Smolski-Varabei-Lazouski) à 3’26’’6 (1+7)
9- Ukraine (Tyshchenko-Pidruchnyi-Dudchenko-Tsymbal) à 4’03’’3 (3+12)
10- République Tchèque (Krcmar, Moravec, Zemlicka, Vaclavik) à 4'21”6 (1+11)
...



>