Lazio Rome - Immobile, objectif record et rédemption

Panoramic

"Que Ciro Immobile continue de marquer beaucoup de buts..." C'est le premier voeu exprimé par Roberto Mancini quand il a été interrogé dans la presse sur ses attentes avant la reprise du Championnat d'Italie. Le sélectionneur italien et ex-attaquant de la Lazio (1997-2000) a été entendu: "Ciro il Grande" a sorti les Laziali d'un mauvais pas en marquant le but décisif de la victoire inaugurale contre Bologne (2-1) dimanche. Ce début tonitruant est une habitude pour Immobile, buteur lors du premier match de la saison pour la cinquième fois de suite. Mais cela ne l'a pas empêché de laisser exploser sa joie, sous le virage nord de l'Olimpico, celui des ultras laziali. "Ce but est pour le peuple laziale", a confié le capitaine romain, qui avait démontré son attachement au maillot avant le match en publiant une vidéo pour soutenir la campagne d'abonnement (23.000 abonnés pour le moment). 

Rejoindre Nordahl

"Cette équipe a montré un grand caractère, ce qui nous avait un peu manqué jusqu'ici. On a fini cinquièmes la saison dernière, avec un changement de dispositif. Cette année, pas d'excuses. Beaucoup de bons joueurs sont arrivés, il y a un grand potentiel", a-t-il ajouté sur Sky Sport. Même si plusieurs autres gâchettes de Serie A ont marqué dès la 1re journée (Vlahovic, Lukaku, Osimhen, Jovic...), Immobile montre qu'il entend bien défendre sa couronne de meilleur buteur de Serie A, conquise en mai pour la quatrième fois de sa carrière: trois fois avec la Lazio (2018 à égalité avec Mauro Icardi, 2020 et 2022) après l'avoir été en 2014 avec le Torino, adversaire de la Lazio samedi. S'il y parvient, Immobile égalerait le record de cinq titres, exploit que seul le Suédois Gunnar Nordahl a jusqu'ici réussi en Italie, dans les années 1950 avec l'AC Milan.

Meilleur buteur en activité du championnat, avec deux buts d'avance sur l'avant-centre de la Sampdoria Fabio Quagliarella (183 contre 181), le capitaine romain est aux portes du Top 10 historique des buteurs. Actuellement douzième, il n'a plus que six buts à mettre pour dépasser le trio Del Piero-Signori-Gilardino qui le devance, ce qui pourrait aller vite pour un attaquant qui tourne à une moyenne de 25 buts par championnat sur ses six saisons à Rome. 

Mancini compte sur lui

Au-delà des chiffres, Immobile a aussi un blason à redorer auprès des Italiens, qui n'ont pas oublié le zéro pointé des attaquants azzurri contre la Macédoine du Nord (0-1) en mars, privant la Nazionale de Mondial au Qatar. Dans la foulée de ce "crash", plusieurs médias avaient suggéré à Mancini de tourner la page Immobile, lui qui était déjà l'avant-centre titulaire lors du précédent fiasco de 2017 contre la Suède en barrage du Mondial-2018 (0-1, 0-0).  Face aux critiques, l'attaquant des champions d'Europe (55 sélections, 15 buts) s'est posé la question d'une éventuelle retraite internationale, à 32 ans. Blessé, il n'a pas disputé les matches internationaux de juin. Mais Mancini compte toujours sur lui: "Nous nous sommes parlé et il ne m'a rien dit, pour moi il n'y a donc aucun problème", a assuré le sélectionneur à la Gazzetta dello Sport.

Le "Mancio" n'a de toute façon pas beaucoup d'alternatives: à l'exception de la Lazio, les grandes équipes de Serie A s'appuient toutes sur des avant-centres étrangers. Andrea Belotti pourrait se contenter d'un rôle de joker de luxe à la Roma. Moise Kean stagne à la Juventus. Et le jeune Gianluca Scamacca (23 ans) doit encore grandir, ce qu'il est parti faire en Premier League à West Ham. De quoi inciter Mancini à répéter encore souvent son voeu: "Que Ciro Immobile continue de marquer..."


>