Le XV de France s'est testé avant les Pumas

Twitter_@FranceRugby

C'est ce qu'on appelle une opposition raisonnée ou un entraînement dirigé, c'est selon. A une semaine du match déjà décisif face à l'Argentine, qui marquera leur entrée en lice dans le Mondial nippon samedi 21 septembre, au Tokyo Stadium, les joueurs du XV de France ont eu droit à un dernier test à balles… pas très réelles ce vendredi matin, heure japonaise, face au Yamaha Jubilo, club professionnel local évoluant en Top League (D1). Quatre périodes de 20 minutes au cours desquelles le staff tricolore a beaucoup fait tourner son effectif sur le terrain d'entraînement du complexe sportif de Fuji-Yoshida.

 

Une nécessité eu égard aux indisponibilités encore d'actualité pour le pilier Jefferson Poirot (lumbago) et le trois-quarts centre Wesley Fofana, qui n'ont pas pu prendre part à cette rencontre d'un genre particulier et plutôt éloignée des standards du rugby international. A l'image de la douzaine d'essais inscrits par les Tricolores face à un adversaire limité, censé reproduire au plus près le style des Pumas - on a insisté lourdement sur les mêlées… - mais tout de même capable de prendre à défaut la défense française... à quatre reprises.

"Pas une opposition de niveau international" (Iturria)

"Ce n’était pas une opposition de niveau international, c’était inférieur, a reconnu le Clermontois Arthur Iturria auprès de nos confrères de sport24.lefigaro.fr. On a déjà fait des entraînements de cette intensité." Alors à quoi bon ? "Ça nous a servi à répéter ensemble et non les uns contre autres. Et même si ce ne sera pas du tout la même chose face à l’Argentine, c’était bien de nous remettre dans le rythme. On a pu revoir notre plan de jeu. On a fait au mieux, même s’il y a toujours des petits déchets."

En revanche, l'occasion a été enfin donnée de voir à l'oeuvre les trois joueurs sans aucun temps de jeu depuis le début de la préparation : Bernard Le Roux (suspension purgée), Demba Bamba, remis de son opération d'une hernie cervicale, et Maxime Machenaud, débarrassé de sa blessure musculaire à une cuisse.