La terre a tremblé à Tokyo !

Reuters

 

 

Une secousse de magnitude 5,7 sur l'échelle de Richter qui a été ressentie par les locaux, mais aussi par les supporters ou encore les journalistes présents pour couvrir la Coupe du monde et calfeutrés dans leurs hôtels. Les bâtiments ont ainsi tremblé aux alentours de 18h20 (11h20 en France). C'était le cas de Nicolas Kraska, seul rugbyman français à évoluer au Japon.   

Mais c'est bien Hagibis qui suscite le plus d'inquiétude avec des rafales à 200 km/h, capables de provoquer des vagues de 17m, mais aussi le plus haut niveau d'alerte aux précipitations (entre 300 et 800mm attendus sur Tokyo et sa région), qui laisse craindre de graves inondations et glissements de terrain. On a même pu convoquer le souvenir du terrible Kanogawa, typhon meurtrier qui en 1958 avait causé la mort de 1269 personnes. Les autorités ont ordonné l'évacuation de centaines de milliers de personnes, tous les transports sont à l'arrêt, mais, selon la chaîne nationale NHK, un homme a déjà été retrouvé mort dans sa voiture retournée à Chiba et 4 personnes sont portées disparues. 

Dans un tel contexte, les polémiques et les débats des dernières heures autour de la Coupe du monde de rugby apparaissent soudain bien dérisoires.