Paire a encore pété les plombs !

Panoramic

Benoît Paire et Guy Forget ne passeront pas leurs vacances ensemble. Après son élimination en double dimanche à Roland-Garros, l'Avignonnais, sorti en simple (et en larmes) dès le premier tour après sa défaite contre le Norvégien Casper Ruud, s'en est vivement pris à l'organisation du tournoi. Pas du genre à édulcorer son discours lorsque quelque chose (ou quelqu'un) l'agace, le barbu, ironique, a poussé un coup de gueule après-coup sur Twitter en félicitant Forget et ses équipes pour leur « belle programmation ». « Bravo », ajoute même Paire, qui invite à la fin de son tweet les responsables à « faire (leur) boulot ». Sur le court, un peu plus tôt, lors de son match du 3eme tour disputé (et perdu 6-4, 6-4) aux côtés de son partenaire de double pour cette édition le Monégasque Romain Arneodo face à la paire Nys-Puetz, le 40eme mondial écarté avant l'heure de l'équipe de France pour les Jeux de Tokyo par la FFT pour son attitude sur le court de ces derniers temps et ses propos, restés eux aussi en travers de la gorge de l'instance fédérale, avait fait connaître son mécontentement de manière encore plus explicite.


 

« Une programmation de meeeeerde ! »

 

 




« Je ne comprends pas comment on peut faire une programmation de meeeeerde comme ça ! Il faudra m'expliquer un jour comme c'est possible », avait hurlé à un changement de côté le vilain petit canard du tennis français, furieux de se retrouver devant des tribunes vides alors qu'il avait pris son pied lors des deux premiers matchs disputés en public dans une ambiance assez incroyable, pour ne pas dire de kermesse. Paire, par ailleurs furieux d'avoir appris que l'un des sparring-partners du tournoi avait été exclu pour avoir pris un selfie avec lui deux jours plus tôt, rêvait donc de baigner une nouvelle fois dans cette atmosphère qu'il est le seul à pouvoir provoquer et certes, plus proche de celle d'un stade de foot que de tennis. Alors, forcément, quand il a appris qu'il avait été programmé en dernière rotation sur le court Simonne-Mathieu, conscient qu'en débutant au-delà de 20h00, il se prendrait le couvre-feu de plein fouet, Paire a vu rouge. Et dégoupillé une nouvelle fois sur le court. L'accalmie n'aura pas duré bien longtemps.

 

 


>