Mauresmo s'insurge contre les organisateurs de Roland-Garros 

Reuters

Guy Forget, le directeur du tournoi de Roland-Garros, a les oreilles qui sifflent. La faute au choix des organisateurs de programmer les deux demi-finales dames entre Ashleigh Barty et Amanda Anisimova, et entre Johanna Konta et Marketa Vondrousova, sur les Courts Suzanne-Lenglen et Simonne-Matthieu de Roland-Garros, et non sur le Court Philippe-Chatrier, réservé aux deux demi-finales messieurs. Initialement prévues pour ce jeudi après-midi sur le Court Philippe-Chatrier, les deux demi-finales dames ont été reportées à ce vendredi du fait du retard pris, mercredi, à cause de la pluie, aucune rencontre, dont les deux quarts de finale féminins du haut de tableau, n’ayant pu se disputer.

"La programmation des demi-finales féminines demain à Roland-Garros est une honte pour notre tournoi !"

Amélie Mauresmo, n’est pas la moins remontée contre Guy Forget et les organisateurs de Roland-Garros. En atteste son tweet publié jeudi soir. "La programmation des demi-finales féminines demain à Roland-Garros est une honte pour notre tournoi !", a-t-elle ainsi fustigé.

"Tout le monde est d'accord sur le fait que le match du jour est Federer/Nadal. Mais quel message envoyons-nous en prenant la décision de mettre les deux demi-finales femmes à onze heures sur les courts 2 et 3 du stade ?", a poursuivi l'ancienne n°1 mondiale avant de donner ce qui était pour elle la meilleure solution: "C'était pourtant simple d'ouvrir le Lenglen en plus du Chatrier et de faire les deux matches de femmes à treize heures, suivis des deux matches d'hommes." L’option choisie pour les quarts de finale prévus ce jeudi.

 

 

Amélie Mauresmo n’a pas été la seule à s’insurger contre le choix des organisateurs. Il en a été de même de la WTA. "Nous sommes extrêmement décus de la programmation des deux demi-finales dames sur d'autres courts que le Central. Cette décision est injuste et inappropriée", a ainsi regretté la WTA, par son grand patron Steve Simon, dans un communiqué.

Les premières concernées ont finalement sans doute été les moins déçues par le choix de l’organisation. "Ce n'est pas vraiment grave. Ce sont tous de jolis courts. Quel que soit le court sur lequel ils me font jouer, je serai heureuse. Ce sont tous des courts incroyables", a notamment réagi la jeune Américaine Amanda Anisimova. "Je suis excitée d'être en demi-finales, peu importe sur quel court je joue", a renchéri son adversaire, l'Australienne Ashleigh Barty.